Site de Françoise Nore

Site de Françoise Nore

De gentilles gens très heureux

Les gens seraient-ils hermaphrodites ?

 

En français, c'est très simple : chaque nom a un genre, masculin ou féminin, et rien ne peut déroger à cette règle. Il existe bien sûr des noms qui ont la même forme phonique et deux genres différents, mais, dans ce cas-là, on considère qu'il s'agit de deux mots différents. Par exemple, livre "assemblage de feuillets imprimés", nom masculin, est différent de livre "unité monétaire du Royaume-Uni", nom féminin. Nous parlons ici des noms qui ne présentent pas cette double facette, comme par exemple table, car il n'existe pas un nom table féminin avec un sens A et un nom table masculin avec un sens B.

 

Donc, tous les noms français, avec une signification unique, ont un genre précis, masculin ou féminin.

 

Tous ? Non. Il existe une exception à cette règle, un nom français avec une forme et une signification uniques, mais avec un genre fluctuant. Une sorte de mot bisexué (ou bi genre, selon l'horrible novlangue en vigueur …). Il ne s'agit pas d'un mot rare que j'aurais exhumé du fin fond d'un grimoire ; c'est au contraire un nom d'une banalité extrême, que chacun d'entre nous doit prononcer au moins dix fois par jour, si ce n'est plus.

 

Vous ne trouvez pas ? Facile : il s'agit du mot gens. Nous allons faire un peu de grammaire. Observez donc comment il convient d'attribuer leur genre aux adjectifs qui accompagnent gens :

 

         Quelles vieilles gens heureux !

 

C'est très étonnant ? Certes. Pourtant, cette phrase est des plus correctes ; mieux, elle est parfaite, d'un point de vue grammatical. Explications : l'adjectif qui précède gens doit être au féminin (vieilles, heureuses, gentilles, etc.) ; l'adjectif qui le suit doit être au masculin : heureux, âgés, etc.

 

"Bon, ça va ; c'est bizarre, mais la règle est simple", pensez-vous. Erreur ! N'oubliez jamais qu'en français, rien n'est simple. Voici pourquoi : si l'adjectif qui précède gens a la même forme au masculin et au féminin (sympathique, agréable, etc.) (1), on considère que cet adjectif est masculin, et que sont également masculins tous les autres mots qui l'accompagnent ; de ce fait, on écrira :

 

         Quels sympathiques gens !

 

Je sais, les choses se compliquent déjà ; on commençait juste à s'habituer au genre féminin avant gens, et voilà que cela change. Ça va durer encore longtemps, ces fantaisies ? Un peu, oui. Car seul l'adjectif épithète se met au féminin ; les autres adjectifs ou participes, s'ils sont inversés ou mis en apposition, restent au masculin :

 

         Arrivés en autocar, les vieilles gens étaient fatigués.

 

Une chose est sûre et intangible : tous les mots en rapport avec gens, placés après lui, sont automatiquement au masculin :

 

         Rappelez-vous ces vieilles gens que j'ai bien connus, je m'occupe d'eux.

 

Quant aux mots qui sont placés avant lui, et à condition que gens ait un adjectif épithète au féminin, ils sont aussi au féminin :

 

         Quelles que soient ces vieilles gens, je m'occuperai d'eux.

 

Pour vous rassurer, retenez donc ceci : en l'absence d'adjectif épithète, gens est masculin :

 

         Quels que soient ces gens, je m'occuperai d'eux.

 

Ces principes s'appliquent aussi lorsque gens est accompagné d'un mot autre qu'un adjectif. C'est le cas de tout, qui se met au féminin s'il accompagne un adjectif variable en forme :

 

         Toutes les vieilles gens.

 

Si ce n'est pas le cas, tout se met au masculin :

 

         Tous les gens sont venus.

         Tous ces sympathiques gens sont venus.

 

Voilà, c'est fini. C'était intense, n'est-ce pas ?

 

 

 

 (1) On parle en linguistique d'adjectif épicène.

 



14/11/2013
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 139 autres membres