Site de Françoise Nore

Site de Françoise Nore

En ce moment, il faut vraiment la supporter, l'équipe de France de football …

Ou : des malheurs qui arrivent quand on noie son propos dans des anglicismes irréfléchis

 

 

Que voilà une jolie phrase bien ambiguë. Il ne vous aura en effet pas échappé que cette affirmation présente deux sens tout à fait différents. Le premier sens est négatif ; de ce fait, on la comprend ainsi : "il faut subir – les mauvais résultats de – cette équipe". Le second sens est positif, ou, à tout le moins, tourné vers l'optimisme : "il faut encourager cette équipe".

 

Comment un seul et même mot peut-il ainsi avoir deux sens antinomiques ?

 

Vous l'aurez aisément deviné : la faute en revient à l'utilisation forcenée de certains anglicismes. Et ce n'est pas une histoire récente : dès la fin du XVIIIe siècle, quand de nombreux Français revinrent de l'exil auquel les avaient contraints les atrocités de la Terreur consécutive à la Révolution, ils apportèrent dans leurs bagages un vocabulaire anglais plutôt fourni. Il fut alors de bon ton, durant la première moitié du XIXe siècle, d'émailler son propos de termes anglais – c'était fashion, comme on disait alors. Certains d'entre eux passèrent à la trappe des modes langagières, d'autres perdurèrent. C'est ainsi que l'on trouve trace, dans un courrier de Louis-Philippe de 1846, du nom anglais supporter, avec le sens de "partisan politique". Le mot dut plaire infiniment car il resta dans notre langue et fut utilisé, dès le tout début du XXe siècle, en 1907 très exactement, dans le domaine sportif – cela fait donc plus de cent ans que notre pays abrite des supporters … Il ne restait plus qu'à emprunter le verbe anglais, dont la première attestation écrite date de 1963 : supporter "soutenir (un sportif, une équipe)" venait de naître.

 

Naturellement, on peut s'interroger avec raison sur la nécessité de créer un doublon lexical, sachant que soutenir existe depuis bien longtemps dans notre langue. La raison est très simple : aucune raison, justement, ne peut être invoquée ; seuls, des phénomènes de mode et de snobisme langagier sont à même d'expliquer ces intrusions capables de fausser la compréhension, comme dans le titre de cet article, empli d'ambiguïté. Aussi, pour éviter les confusions, peut-être serait-il judicieux d'utiliser le vocabulaire français, qu'en pensez-vous … ?

 

Sur ce, je vais regarder le … match ! Aïe, encore un anglicisme, un de plus. Mais alors, par quel mot pourrait-on remplacer l'anglais match ? Réponse à la mi-temps ??



15/11/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 138 autres membres