Site de Françoise Nore

Site de Françoise Nore

Le français de Marseille et alentours - Numéro 7 - Calculer

Calculer, ou les mathématiques méridionales

 

 – Tu viens avec nous, au Macumba ?

– Attends, je calcule.

– Il y aura Toinou.

– Ah non, pas question, il ne me calcule jamais, celui-là !

 

 

Normalement, en français standard, calculer indique que l'on procède à une opération arithmétique, que ce soit mentalement, oralement ou scriptivement (ce dernier mot est un néologisme ? Disons qu'il n'est pas enregistré par les dictionnaires, mais il est utilisé par-ci, par-là, et vous avez immédiatement compris à quelle action réfère cet adverbe, n'est-ce pas ?).

 

Donc, généralement, quand on calcule, cela signifie qu'on additionne, ou qu'on soustrait, ou qu'on multiplie, ou qu'on divise. Et puis c'est tout. Normalement.

 

Vraiment ? Si vous pensez que la liste est close, cela signifie que vous n'avez jamais entendu s'exprimer un habitant du Sud-Est de la France. Il faut donc vous instruire et enrichir votre vocabulaire. Voici :

 

Calculer au sens de "trouver une valeur par un calcul" est, bien sûr, connu sur les rives de la Méditerranée. Mais, comme on est facilement concepteur lexical dans cette région, on a innové et enrichi le verbe calculer de deux sens supplémentaires. Dans le Midi, quand quelqu'un dit qu'il calcule après qu'on lui a demandé ou proposé quelque chose, cela signifie qu'il réfléchit, tout simplement. On comprend aisément le processus métaphorique à l'œuvre dans cette nouveauté : on calcule, autrement dit on évalue les conséquences de la réponse faisant suite à la demande ou à la proposition. Tout cela est très élaboré. Réfléchir aurait été trop simple ; ici, on crée.

 

Le second de ces sens locaux est, à première vue, plutôt étonnant, même si on peut envisager, dans ce cas également, un possible glissement métaphorique à partir du sens de "réfléchir". Calculer quelqu'un signifie en effet "prêter attention à quelqu'un" ; si on ne le calcule pas, cela signifie qu'on ne pense pas à lui, donc qu'on ne réfléchit pas à sa personne. On notera que, dans ce sens, calculer ne s'emploie jamais à l'affirmatif ; on n'entendra jamais : "Il m'a calculé". Donc, quand on entend un local se plaindre de ne pas avoir été calculé par un autre quidam, il faut comprendre qu'il déplore l'indifférence que ce dernier manifeste à son égard. Bien sûr, très souvent, ce constat s'accompagne d'une volée d'épithètes peu flatteuses pour le désinvolte, mais cela fera l'objet d'un autre article, consacré aux noms d'oiseaux provençaux. Et Dieu sait s'ils sont nombreux …

 

En attendant, vous avez appris des choses. Vraiment ? Attendez, je calcule …

 

 

 



03/11/2013
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 132 autres membres