Site de Françoise Nore

Site de Françoise Nore

Quelques fautes courantes - 02

Voici un nouvel échantillon de ces fautes courantes que l'on peut parfois commettre, souvent en toute bonne foi, par simple méconnaissance des règles.

Les explications que nous fournissons sont fondées (et non "basées", anglicisme ...) sur les recommandations de l'Académie française et des grammairiens soucieux de préserver le bon français, le français correct. Bien sûr, nous ne sommes pas sans savoir qu'une langue évolue, mais nous pensons qu'il est légitime de combattre les dérives pernicieuses.

 

 

 

 

Expressions incorrectes

Expressions correctes

À son encontre[1]

À l'encontre de X

Dans toute la mesure du possible[2]

Dans la mesure du possible

Préjuger de quelque chose

Préjuger quelque chose

Léa n'est pas prête de le faire

Léa n'est pas près de le faire[3]

Présenter un examen

Se présenter à un examen

La presque totalité

Presque[4] la totalité

Un faux prétexte[5]

Un prétexte fallacieux

Prévenir de ce que

Prévenir que

Une condition primordiale[6]

Une condition essentielle

Une occasion à profiter

Une occasion à saisir

Ce cinéma va réouvrir[7]

Ce cinéma va rouvrir

Réaliser[8]

Se rendre compte de quelque chose

Léo nous a amené des livres[9]

Léo nous a apporté des livres

Renseigner[10] un imprimé

Remplir un imprimé

Je supporte[11] l'OM

Je soutiens l'OM

Avoir le sens de la répartie[12]

Avoir le sens de la repartie

Léo risque[13] de réussir

Léo a des chances de réussir

Des pommes de terre en robe des champs

Des pommes de terre en robe de chambre[14]

Homard à l'armoricaine

Homard à l'américaine[15]

Voire même[16]

Voire

Léo se déplace en vélo[17]

Léo se déplace à vélo

Au jour d'aujourd'hui[18]

Aujourd'hui ; de nos jours

Il a connu de nombreux avatars durant son voyage[19]

Il a connu de nombreux incidents / problèmes durant son voyage

Cette information s'est avérée fausse[20]

Cette information s'est révélée fausse

Ma voisine a l'air idiot[21]

Ma voisine a l'air idiote

Bouger les jambes[22]

Remuer / agiter les jambes

Poursuivre un but[23]

Chercher à atteindre un but / viser un but

On a célébré le début de la Première guerre mondiale[24]

On a commémoré le début de la Première guerre mondiale

Ceci constitue une erreur[25]

Ceci est une erreur

Il s'assit dans le canapé[26]

Il s'assit sur le canapé

De par sa formation, il a un bon travail[27]

Par / en raison de / grâce à

Avez-vous auditionné son dernier disque ?[28]

Avez-vous écouté son dernier disque ?

C'est de cela dont il a parlé[29]

C'est cela dont il a parlé / C'est de cela qu'il a parlé

Pour ce qui me concerne

En ce qui me concerne

Je vous serais gré[30]

Je vous saurais gré

Vous avez cours à quel horaire ?[31]

Vous avez cours à quelle heure ?

On a mis à jour de nouveaux vestiges[32]

On a mis au jour de nouveaux vestiges

Pareil que

Pareil à

Léo est parti pour une semaine[33]

Léo s'est absenté pour une semaine

La parution d'un ouvrage

La publication d'un ouvrage

Les personnels arrivent au bureau à 9h[34]

Le personnel arrive au bureau à 9h

Comment est la météo, chez vous ?[35]

Comment est le temps, chez vous ?

Acter[36]

Faire

Il est rentré tôt, soi-disant pour travailler[37]

Il est rentré tôt, censément pour travailler

Solution de continuité[38]

Mesures palliatives ; moyens d'assurer la continuité

Faire des dépenses somptuaires[39]

Faire des dépenses excessives

Un espèce de restaurant[40]

Une espèce de restaurant

On l'a appelé et il est arrivé de suite[41]

On l'a appelé et il est arrivé tout de suite

Du temps de

Au temps de

Avoir le temps matériel de faire quelque chose[42]

Avoir le temps nécessaire de faire quelque chose

Avoir de la tension[43]

Avoir une tension élevée

Il y a un tiret à porte-monnaie ?[44]

Il y a un trait d'union à porte-monnaie ?

Je viendrai vous voir bientôt[45]

J'irai vous voir bientôt

Faire un crédit / faire un prêt[46]

Faire un emprunt / demander un crédit

Il y avait une pléiade de vedettes[47]

Il y avait de très nombreuses vedettes

Affecter un poste / un bureau à quelqu'un[48]

Attribuer un poste / un bureau à quelqu'un

Je suis excessivement occupé[49]

Je suis très / énormément occupé

Des mesures drastiques[50]

Des mesures draconiennes / rigoureuses

Cibler un objectif[51]

Viser un objectif

La cohabitation des voitures et des vélos en ville[52] pose problème

La coexistence des voitures et des vélos en ville pose problème

 


[1] Contrairement à ce que l'on pourrait penser de façon intuitive, encontre n'est pas un nom, mais la forme ancienne (fin du Xe siècle) de la préposition contre. Depuis le temps, la conscience collective a oublié ce fait et considère qu'encontre est un nom. Comme il s'agit d'une préposition, dire à son encontre est donc, d'un point de vue grammatical, aussi étrange que, par exemple, à son sur, à son chez, etc.

[2] La mesure du possible indiquant déjà que l'on va faire son maximum pour quelque chose, ajouter toute apparaît comme pléonastique.

[3] Le contraire étant Léa est loin de le faire, on voit bien que l'adjectif prêt n'est pas à utiliser ici.

[4] Presque est un adverbe ; il ne peut donc se trouver entre un déterminant et un nom.

[5] Un prétexte étant déjà une raison fausse pour éviter ou s'épargner quelque chose, il n'est pas nécessaire d'ajouter faux, qui est pléonastique.

[6] Primordial a pour premiers sens "originel", "primitif", différents de celui d'essentiel.

[7] Si le nom réouverture est tout à fait correct, il est en effet curieux que son verbe correspondant ne soit pas réouvrir mais bel et bien rouvrir. Réouvrir a été fait d'après réouverture, mais l'Académie le condamne, ne serait-ce que parce que rouvrir existe depuis le XIIe siècle et qu'il convient très bien.

[8] Probablement l'un des anglicismes les plus affreux. Le français réaliser signifie "faire exister, accomplir quelque chose, créer", donc "rendre réel". Le sens "se rendre compte de" fut emprunté à l'anglais vers 1850. Toutefois, ce n'est pas parce qu'une sottise est ancienne qu'il faut la maintenir …

[9] Théoriquement, on devrait réserver mener, amener, emmener pour les phrases dont le COD est un humain. Pour celles dont ce même COD est un inanimé, on se servira de la série porter, apporter, emporter.

[10] Le COD de renseigner peut être uniquement un humain, car seuls les humains peuvent demander des renseignements …

[11] Supporter avec le sens d' "encourager, être partisan de" est un anglicisme. Pour cette raison, il vaut mieux utiliser le français soutenir, qui a bien, entre autres, ce sens d' "encourager". Toutefois, il vaut mieux garder supporte(u)r pour désigner la personne qui soutient, car le français souteneur a un sens bien différent : il paraît en effet difficile de dire Les souteneurs emplissent le stade de leurs chants. Parfois, l'anglais peut se montrer utile …

[12] L'erreur est extrêmement répandue, mais c'est bel et bien repartie qui est correct. Répartie a été créé probablement par attraction à la fois paronymique et sémantique de réplique.

[13] Risquer a des connotations négatives puisqu'il signifie "courir un risque, s'exposer à un danger". Il ne faut donc pas l'utiliser avec un verbe ou tout autre complément qui présente, lui, des connotations positives, comme réussir.

[14] Pomme de terre en robe de chambre est l'expression la plus ancienne des deux, la version en robe des champs étant une altération de la première.

[15] Homard à l'américaine est l'expression la plus ancienne ; la version à l'armoricaine est ce que l'on appelle en linguistique une corruption de la première.

[16] Voire a d'abord signifié "vraiment, véritablement, en vrai". Puis il prit le sens de "même". C'est pour cette raison que, de nos jours, voire même est un pléonasme.

[17] On utilise à pour les moyens de transport sur lesquels on se trouve : à vélo, à cheval, à skis, etc. En, pour sa part, accompagne les moyens de transport à l'intérieur desquels on est : en train, en bateau, en avion, en voiture, etc.

[18] On a beaucoup écrit sur cette expression. Rappelons qu'elle est triplement pléonastique. En effet, aujourd'hui est déjà un pléonasme en lui-même puisqu'il contient les noms jour et hui, ancien nom qui signifiait "ce jour". Ajouter au jour d' introduit en quelque sorte un troisième jour, ce qui fait vraiment beaucoup trop.

[19] Avatar a été emprunté au sanskrit avatāra qui désigne, selon la définition du TLFI, la "descente sur terre d'êtres supraterrestres s'incarnant dans des formes variées ainsi que leur manifestation". On peut raisonnablement penser que l'attraction paronymique a abouti à la confusion entre avatar et aventure, plus particulièrement aventure désagréable.

[20] Avérer remontant en dernier ressort au latin verus "vrai", il est paradoxal, sinon oxymorique, de faire suivre avérer de faux.

[21] Ici, c'est la locution verbale avoir l'air qui est utilisée. Donc l'adjectif, en position d'attribut, s'accorde avec le sujet. Toutefois, lorsque l'adjectif a un complément, il ne s'agit plus de l'expression avoir l'air mais du simple verbe avoir, comme dans la phrase suivante : ma voisine a l'air idiot de ceux qui ne comprennent rien.

[22] Normalement, bouger est intransitif. C'est par abus qu'il est devenu transitif.

[23] Un but étant un objet, une cible fixes, il paraît difficile de le poursuivre, c'est-à-dire d'être en mouvement derrière lui, même métaphoriquement …

[24] On célèbre les événements gais ; les autres doivent être commémorés.

[25] Le sens de constituer est : "établir quelque chose selon des formes légales" (cf. constitution). Mais on entend de plus en plus constituer à la place d'être ou de faire. Peut-être ceux-ci sont-ils trop simples ?

[26] On s'assoit sur un canapé, une chaise, un pouf, etc., et exclusivement dans un fauteuil.

[27] Encore une inflammation du langage moderne, par ayant probablement été jugé trop bref. Pour faire bien, de nos jours, il faut faire long.

[28] On n'auditionne pas un objet mais une personne.

[29] Redondance : dont contient déjà de, puisqu'il provient du latin de unde. Inutile donc de créer un pléonasme grammatical en utilisant de et dont dans la même phrase.

[30] On "n'est pas" gré à quelqu'un de quelque chose, mais on lui "sait" gré.

[31] Un horaire est, normalement, une liste d'heures auxquelles un événement ou un fait a lieu (exemple : l'horaire des trains). Dire horaire pour heure est un nouvel exemple de substitution d'un mot long à un mot jugé trop court.

[32] Mettre à jour, c'est "actualiser". Mettre au jour, c'est "porter à la connaissance, à la lumière, découvrir".

[33] Normalement, partir ne doit pas renvoyer à un complément de temps, mais de lieu.

[34] Le personnel, au singulier, est un nom collectif qui désigne l'ensemble des personnes travaillant dans une entreprise donnée. On ne peut en aucun cas le mettre au pluriel et donc dire un personnel pour un employé, un salarié, etc.

[35] La météorologie est la science qui étudie les phénomènes atmosphériques et qui prévoit le temps à venir. Très souvent, on confond la science et son objet d'étude, comme ici la météo et le temps.

[36] Acter est un verbe du domaine juridique qui signifie "noter quelque chose dans un acte officiel". C'est très abusivement qu'on l'emploie de nos jours avec le sens de faire. Probablement a-t-il des allures plus chic que ce dernier …

[37] Cette utilisation adverbiale de soi-disant est abusive, car soi-disant est une locution adjectivale qui commute avec prétendu, censé, présumé, etc.

[38] L'expression solution de continuité signifie en réalité "séparation, division de parties d'une chose abstraite ou concrète" (TLFI). Le contresens qui en est fait aujourd'hui vient de ce que l'on a compris solution comme étant en rapport avec le verbe résoudre. Or, c'est le sens "dissolution, désagrégation" de solution qui est à l'œuvre dans cette locution. Une solution de continuité est donc une rupture dans la continuité. Notons l'expression du XVIe siècle, solution de mariage, qui signifiait "divorce".

[39] Somptuaire signifie "relatif à la dépense". De ce fait, dépenses somptuaires est un pléonasme.

[40] Même s'il est suivi d'un nom masculin, espèce est et reste un nom féminin.

[41] De suite signifie "à la file, l'un après l'autre". Si l'on dit Léa a lu deux magazines de suite, cela signifie "Léa a lu deux magazines l'un après l'autre, sans interruption".

[42] Par définition, le temps est immatériel …

[43] Tout être vivant a de la tension. Sinon, il n'est plus vivant.

[44] Le tiret est le signe typographique qui permet d'encadrer du texte en le détachant du contenu principal, à l'instar des parenthèses, ou de couper un mot en fin de ligne. Le trait d'union, comme son nom l'indique, unit deux ou plusieurs mots.

[45] Venir doit s'utiliser lorsque le mouvement se fait vers la personne qui parle, et aller lorsqu'il y a éloignement.

[46] C'est le banquier qui fait crédit, non le demandeur.

[47] Les Pléiades, filles d'Atlas et petites-filles de Zeus, étaient seulement sept. Dire une pléiade de pour un grand nombre de est donc paradoxal. Et fautif. Et abusif.

[48] Affecter a trois sens : "émouvoir", "destiner une chose à un usage déterminé", "désigner quelqu'un à un poste ou à un lieu de travail". On voit donc que l'on n'affecte pas quelque chose à quelqu'un.

[49] Excessivement se rapporte à l'excès et signifie donc "trop".

[50] À l'origine, drastique "qui a un effet très énergique" est un terme du lexique médical et concerne uniquement les purgatifs. Il s'agit probablement d'un anglicisme, car drastic signifiait déjà "énergique" en anglais avant que l'adjectif français acquière également ce sens. Nous ne ferons aucun jeu de mots sur les mesures drastiques que certains prennent, dans tel ou tel domaine …

[51] Cibler signifie "lancer quelque chose sur quelqu'un comme sur une cible, viser". On ne peut donc "lancer un objectif".

[52] La cohabitation est le fait d'habiter ensemble, de partager un lieu de vie.



02/12/2014
10 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 131 autres membres