Site de Françoise Nore

Site de Françoise Nore

Quelques fautes courantes - 03

Ce nouvel article propose l'examen d'autres expressions et formulations incorrectes ainsi que leurs corrections et explications.

Comme dans les deux articles précédents, nous nous fondons sur les recommandations et avis de l'Académie française, référence indispensable en la matière, à notre avis.  Voici donc quelques abus de langage à éviter :

 

 

Expressions incorrectes

Expressions correctes

à partir de dorénavant

dorénavant / à partir de maintenant[1]

à son instar

à l'instar de X[2]

un aéropage[3] de chefs d'entreprise

un aréopage de chefs d'entreprise

arborigène[4]

aborigène

au début que nous avions collaboré

dans les premiers temps où / que nous …

au plan moral / au plan de la morale

sur le plan moral / de la morale

avoir de l'emprise sur quelqu'un[5]

avoir de l'empire / de l'influence sur quelqu'un

avoir impérieusement[6] besoin de quelque chose

avoir impérativement besoin de quelque chose

ceci dit

cela dit[7]

conjointement à

conjointement avec

je le considère intelligent

je le considère comme intelligent[8]

contacter quelqu'un

prendre contact avec quelqu'un[9]

débattre d'une question

débattre une question

débuter une action[10]

commencer une action

déclaration d'impôts

déclaration de revenus[11]

démarrer une nouvelle tâche[12]

entreprendre une nouvelle tâche

des dégâts sévères[13]

des dégâts importants

erreur sémantique[14]

erreur lexicale

X et / ou Y[15]

X et Y, ou alors X ou Y

il a mal aux dents, ça le lance

il a mal aux dents, ça lui élance

il s'est accaparé de tous les pouvoirs

il a accaparé tous les pouvoirs

il s'est fait agoniser d'injures

il s'est fait agonir d'injures

il s'y est pris à l'avance[16]

il s'y est pris d'avance / par avance

je vous présente mon époux / mon épouse[17]

je vous présente mon mari / ma femme

Je vous remercie pour m'avoir invité[18]

Je vous remercie de m'avoir invité

la désertification des campagnes[19]

la dépopulation des campagnes

la junte militaire a commis de nombreuses exactions[20]

la junte militaire a commis de nombreux crimes

l'acceptation de ce mot[21]

l'acception de ce mot

le tournoi 2014 fut un très bon cru

Le tournoi 2014 fut un très bon millésime[22]

le trafic routier[23]

la circulation routière

Léa a clôturé les débats[24]

Léa a clos les débats

l'enfant prodige

l'enfant prodigue[25]

notre maire brigue une nouvelle mandature

notre maire brigue un nouveau mandat[26]

nous sommes arrivés au tout début[27]

nous sommes arrivés tout au début

on va initier ce projet[28]

on va commencer / lancer ce projet

Le parlement a opposé son veto[29]

Le parlement a mis son veto

cette potion est une panacée universelle[30]

cette potion est une panacée

par ailleurs[31]

d'autre part, pour le reste

perpétuer un crime[32]

perpétrer un crime

sa bêtise est concomitante à son ignorance

sa bêtise est concomitante de son ignorance

sabler le champagne[33]

sabrer le champagne

se perdre en conjonctures[34]

se perdre en conjectures

s'investir dans quelque chose[35]

investir son énergie dans quelque chose, s'impliquer dans quelque chose

tu as combien de température ?[36]

tu as combien de fièvre ?

tirer des conséquences

tirer des conclusions

un endroit incontournable[37]

un endroit où il faut absolument aller

un homme frustre[38]

un homme fruste

un bureau convivial[39]

un bureau agréable

une double alternative[40]

un double choix

une émission diffusée depuis Moscou[41]

une émission diffusée de Moscou

des étudiants y compris fatigués[42]

aussi des étudiants fatigués

tu as fait le gravage[43] du CD ?

tu as fait la gravure du CD ?

il faudra convoquer les personnels

il faudra convoquer le personnel[44]

Ce n'est pas de ma faute

Ce n'est pas ma faute

tu as candidaté pour cette place ?[45]

tu as postulé pour cette place ?

 


[1] Dorénavant signifie "à partir de maintenant". Donc, à partir de dorénavant veut dire "à partir d'à partir de maintenant", ce qui fait quand même beaucoup. À comparer au fameux au jour d'aujourd'hui, tout aussi pléonastique.

[2] À l'instar de est une locution prépositionnelle, comme en face de, etc. On ne peut donc convertir instar en nom et le faire précéder d'un déterminant, tout comme on ne peut transformer en face de X en *en sa face, même si instar en latin et face en français sont des noms.

[3] *Aéropage n'existe pas.

[4] La signification d'aborigène est "qui est originaire du pays où il vit" (TLFI). Pour une raison étrange, il est souvent transformé en *arborigène, nom qui n'existe pas. Probablement faut-il y voir une influence d'arbre, dans la mesure où l'on parle souvent des aborigènes de pays lointains, tropicaux, etc. De là à évoquer la végétation des pays chauds, il n'y a qu'un pas que l'étymologie populaire a allégrement franchi : les "arborigènes" sont des êtres humains qui vivent dans les arbres …

[5] Emprise signifiait "prise", notamment "prise militaire".

[6] Impérieux signifie "autoritaire", "très pressant".

[7] Ceci (comme voici) se réfère aux choses proches ou à venir, dans l'espace et dans le temps. Cela et voilà nomment donc les choses éloignées ou dont on a déjà parlé.

[8] Considérer utilisé sans comme est un anglicisme.

[9] Contacter signifie "toucher un autre corps", notamment dans le domaine technique. Le glissement métaphorique que l'on connaît est rejeté par l'Académie française.

[10] Débuter est un verbe strictement intransitif.

[11]Déclarer ses impôts signifierait que l'on aurait le choix du montant de la douloureuse. Hélas, c'est l'administration qui examine notre déclaration de revenus et qui procède au calcul implacable …

[12] Démarrer signifie "enlever les amarres" ; ainsi, on démarre un bateau, mais on fait démarrer une voiture. L'emploi métaphorique de démarrer est condamné par l'Académie.

[13] Anglicisme sémantique, introduit pendant la première guerre mondiale. Sévère doit avoir un référent humain.

[14] De nos jours, on entend trop souvent erreur (innovation, etc.) sémantique pour erreur lexicale. Rappelons que sémantique a trait au sens, alors que lexical se rapporte au lexique, donc aux mots. Celui qui se trompe de mots ne fait donc pas d'erreur sémantique, mais bel et bien lexicale.

[15] Et / ou est également un anglicisme. La construction française est certes plus longue, mais elle a le mérite d'être couleur locale …

[16] Les puristes condamnent à l'avance, même s'il est largement utilisé.

[17] Époux et épouse, à l'instar de véhicule, domicile, individu, etc., ressortissent au lexique administratif, officiel, sinon juridique. D'aucuns croient parler élégamment en utilisant époux ou épouse, mais il n'en est rien. C'est ce que l'on appelle de l'hypercorrection : utiliser des mots, tournures, etc., qui sont fautifs, en croyant parler bien ou mieux.

[18] Si l'on tolère que merci soit suivi au choix de de ou de pour (exemple : merci pour ce moment …), il n'en va pas de même pour le verbe remercier, pour lequel les puristes préconisent l'usage de la seule préposition de.

[19] la désertification est la transformation d'une zone semi-aride en désert. Même si certaines zones rurales françaises perdent de leurs habitants, il est probablement exagéré d'y voir des déserts ; la simple dépopulation est suffisante.

[20] Le TLFI donne pour exaction la définition suivante : "action d'exiger par la force le payement de ce qui n'est pas dû", et par extension : "mauvais traitement, acte de violence". Même s'il est moralement condamnable de commettre des exactions, cela reste moins grave que la perpétration de crimes.

[21] Acceptation signifie "accord" et acception "signification". Voilà un cas de paronymie relativement fréquent.

[22] Cru se rapporte au lieu d'origine (d'un produit, etc.), millésime à l'année. Parler d'une année comme d'un bon (ou mauvais) cru produit un télescopage spatiotemporel intéressant …

[23] Anglicisme (traffic) ; en français, trafic signifie "négoce, commerce", en bonne ou mauvaise part.

[24] Clôturer signifie "fermer avec une clôture". On doit donc clore un débat, voire le conclure.

[25] Un enfant prodige est un enfant très doué. Pour parler d'une personne généreuse, il faut dire enfant prodigue.

[26] Mandature est un néologisme rejeté par l'Académie, qui le qualifie d'"inutile" en raison de l'existence de mandat et qui pointe du doigt cette manie d'augmenter la taille de certains mots, probablement pour gonfler l'importance des choses ou des faits qu'ils nomment.

[27] Tout signifiant ici "totalement", il ne peut être inclus entre l'article et le nom.

[28] Anglicisme ! Le verbe français initier signifie "transmettre un enseignement".

[29] Veto signifie en latin "je m'oppose". De ce fait, opposer son veto est pléonastique.

[30] Une panacée est déjà universelle, car cette idée d'universalité est présente dans le préfixe grec pan- qui signifie "tout" : une panacée guérit tout (ou est censée le faire).

[31] L'Académie a enregistré par ailleurs tardivement, en 1932, probablement sous la pression de l'usage. Il est vrai que cette locution adverbiale n'est pas de la meilleure forme.

[32] Perpétuer signifie "faire durer très longtemps, voire éternellement". Un autre danger de la paronymie.

[33] Sabler le champagne signifie "boire [le champagne], plutôt rapidement", la seconde expression "ouvrir la bouteille d'un coup de sabre" ; aujourd'hui, c'est la déboucher en général. On ne peut donc utiliser indifféremment l'une ou l'autre expression, toutes deux ayant des sens différents. On choisira donc sabler si l'on veut insister sur la rapidité de consommation, et sabrer pour mettre en relief le seul fait d'ouvrir une bouteille.

[34] Une conjecture est une idée non vérifiée, erronée ou inutile. La conjoncture est un ensemble de circonstances à un moment précis

[35] L'acception d'investir dans ce champ sémantique est "mettre son énergie psychique dans quelque chose" (définition du TLFI). Il s'agit à l'origine d'un terme de psychanalyse. La forme pronominale est un solécisme.

[36] Une température peut être très basse, voire inférieure à zéro. De ce fait, c'est la fièvre qui indique l'élévation anormale de la température.

[37] : De nos jours, les choses ne sont plus indispensables, mais "incontournables". La métaphore est aisée à comprendre mais elle est dans l'outrance sémantique, comme nombre d'exagérations contemporaines.

[38] Frustre est un exemple intéressant de mot-valise composé de rustre et de frustré. Quelqu'un de "frustre" est-il donc un paysan qui n'assume pas sa condition ?

[39] Convivial est utilisé fautivement avec le sens de "facile" ou "agréable", notamment dans la publicité ou les notices des appareils modernes. Rappelons que convivial a le sens de "qui se rapporte aux repas, aux festins".

[40] Une alternative est un choix entre deux possibilités ; on dira donc plutôt un double choix, pour éviter le pléonasme. En effet : parler de double alternative équivaut à convoquerquatre choix …

[41] Depuis introduit des compléments de temps, non de lieu.

[42] Y compris ne peut pas précéder un adjectif, car il attire l'attention sur un ou des éléments que l'on peut inclure ((comprendre) dans le groupe que l'on vient d'évoquer. Cet usage irraisonné d'y compris ressortit à la langue journalistique laquelle, en voulant dire davantage, dit mal …

[43] *gravage n'existe pas ! On se contentera donc de faire une gravure

[44] Le nom personnel est un nom collectif singulier. Si l'on tient à utiliser un nom au pluriel, on dira les employés, les salariés.

[45] De nos jours, il semble très facile de construire un verbe sur un nom, le verbe ayant alors le sens de "faire l'action sous-entendue par la signification du nom". C'est un peu facile, et c'est ainsi que l'on aboutit à d'étranges objets lexicaux à l'instar de ce candidater. Notons que, très souvent, ces néologismes abusifs sont inutiles car il existe déjà des verbes ayant exactement leur contenu sémantique, comme postuler dans l'exemple que nous donnons.



31/01/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 138 autres membres