Site de Françoise Nore

Site de Françoise Nore

Soutenir et supporter

     Cela fait maintenant plus d'un demi-siècle que les Français supportent une équipe, un coureur, etc. En effet, le verbe supporter avec le sens de "soutenir un sportif, une équipe" est attesté pour la première fois en 1963. Ne sont-ils point fatigués, depuis tout ce temps, de porter cette charge ? On aura compris que supporter ne peut s'employer avec ce sens et on aura deviné qu'il s'agit là d'un anglicisme dérivé du verbe anglais to support "soutenir, encourager". Si l'on veut parler un bon français, on emploiera le verbe soutenir, qui est parfait.

 

     L'utilisation de supporter "soutenir" peut en outre créer de l'ambiguïté. Une phrase comme cette équipe, il faut vraiment la supporter peut être comprise de deux façons : "il faut vraiment l'encourager" ou bien "il faut vraiment l'endurer", en version très familière "il faut vraiment se la farcir". Bien sûr, le contexte aide généralement à comprendre le sens de la phrase, mais il est des cas où il est difficile de trancher. On adoptera donc soutenir dans le langage sportif et, pour d'autres faits de société, appuyer, parrainer, etc.

 

     Ce verbe supporter "soutenir" s'est implanté dans la langue, et l'on a également francisé le nom supporter "partisan" sous la forme supporteur. Admettons que, si le verbe soutenir convient tout à fait pour remplacer le verbe supporter, il semble difficile de désigner le partisan d'une équipe ou d'un sportif du nom de souteneur. Imaginons un commentateur disant, durant une retransmission en direct, "comme vous l'entendez, les souteneurs emplissent le stade de leurs chants". Cela serait très étonnant. Nous suggérons donc le nom de partisan à la place de supporte(u)r et, dans d'autres domaines, adepte, admirateur, sympathisant, etc. : le candidat à l'élection comptait de nombreux sympathisants dans la salle.

 

     Enfin, on évitera d’employer le nom support au lieu des noms aide, appui, assistance, soutien, etc. ; on ne parlera pas du support technique d'un fabricant mais de son assistance technique. On n'apporte pas non plus son support à une action mais son appui ou son aide, voire son parrainage.

 

 

 

Cet article est extrait de l'ouvrage suivant :

 

Vocabulaire du français contemporain, avec des exemples effrontés et des commentaires insolents

 

 

B I E N.jpg

 

 



15/03/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 132 autres membres