Françoise NORE

Françoise NORE

Introduction à l'étude lexicale


Introduction à l'étude lexicale

Après l'étude grammaticale conduite dans l’article précédent, nous commençons ici l’étude du lexique français d'origine germanique. Les articles suivants analyseront chacun, à tour de rôle, les différentes catégories dont relèvent ces mots :

 

  • mots germaniques entrés dans la langue du IIIe au XVe siècle : il s'agit de mots d'usage courant, généralement connus de tous, transmis par les tribus germaniques des premiers siècles de notre ère puis par les Francs ;

 

  • mots germaniques entrés dans la langue depuis le XVIe siècle : ici sont répertoriés les mots empruntés à l'allemand, la plupart d’entre eux étant également connus de tous ;

 

  • mots transmis par d'autres langues : ces mots arrivèrent en français principalement par l'italien ou par le provençal ; ce sont des mots de formation ancienne, qui remontent en grande partie au longobard, au burgonde ou au gotique ;

 

  • mots à l'étymologie controversée ou incertaine : nous présentons dans cette partie des mots dont l'étymologie n'est pas assurée, mais au sujet desquels certains chercheurs évoquent une possible origine germanique ;

 

  • mots argotiques et familiers : dans cette section, nous examinerons les mots que l'allemand transmit au français dans ces registres de langue ;

 

  • mots dialectaux, rares ou spécialisés : cette partie traitera de mots d'origine germanique généralement inconnus du public le plus large. Il existe en effet, dans plusieurs dialectes français, et particulièrement dans ceux du nord et de l'est de la France, une quantité assez importante de mots germaniques qui, pour la plupart d'entre eux, entrèrent dans la langue à date ancienne. À côté de ces mots dialectaux, nous avons incorporé les mots dits rares ou spécialisés, d'usage didactique ou relevant d'une connaissance approfondie du lexique français. Ce sont pour la plupart des mots appartenant aux domaines techniques ou scientifiques ;

 

  • mots disparus : de très nombreux mots d’origine germanique sont sortis du vocabulaire français, notamment durant le XVIe siècle, lorsque certains auteurs de la Renaissance s’attachèrent à redonner au français une coloration latine.

 

Chaque article sera suivi d'un tableau présentant le corpus sur lequel il s’appuie. Si l'on excepte les mots d'étymologie incertaine, les mots présents dans ces tableaux atteignent le nombre total d'environ un millier[1].

 

Au fil de ces articles, nous verrons qu’un certain nombre de ces mots sont encore utilisés près de deux mille ans après leur adoption. Certains se sont montrés indispensables, car, dans certains cas, le latin n'eut pas de descendants en gallo-roman ; ils comblaient ainsi des cases sémantiques vides.[2]

 

 

Différents types d’emprunts

 

Avant de développer, il nous paraît pertinent d’examiner les différents types d’emprunts en jeu :

 

  • l'emprunt pur : cette catégorie concerne la grande majorité des mots germaniques, franciques puis allemands, passés en français ;[3]

 

  • le calque : les calques de mots germaniques sont peu nombreux en français. Nous pouvons néanmoins relever compagnon, calqué sur le nom germanique *gahlaibo : com- « avec » répond à ga- « avec », et pagnon, dérivé de pain, est l’équivalent de hlaiba ou hlaifs « pain ». Est aussi attesté, en 1863, le nom croissant « viennoiserie en forme de croissant », qui est une traduction de l'allemand Hörnchen, de même sens ;

 

  • le xénisme : mot recouvrant une réalité étrangère au pays d'accueil au moment où ce mot est adopté, comme landau (1820) et schnaps (fin du XVIIIe siècle), choses inconnues en France lorsque ces appellations furent adoptées. Le xénisme garde généralement sa forme d'origine et n'est donc pas francisé.

 

 

Modalités morphologiques de l'entrée des mots germaniques

 

Avant d’entrer en détail dans cet examen, il convient d’évoquer le problème de l'absence de sources ou de sources lacunaires à haute époque. Au vu des documents dont nous disposons, il arrive que l’on soit en présence d’un verbe attesté à une date ultérieure à celle de son nom déverbal ; il devient dès lors difficile de déterminer celui des deux mots qui naquit d'abord en ancien français. Par exemple, gresilher « faire du grésil » apparaît vers 1130, dans les Psaumes d'Oxford ; or, son déverbal gresil est présent à date antérieure, dans la Chanson de Roland (1080). L'écart temporel entre les deux termes peut être jugé minime, mais il est des cas où la différence entre les dates d'attestation peut atteindre cent, voire deux cents ans.

 

En dépit de cela, il a été possible, en s’aidant de la reconstruction, d’identifier les modalités morphologiques selon lesquelles les mots germaniques les plus anciens entrèrent en gallo-roman. Ces termes abandonnèrent leur forme originelle et furent francisés, parfois par l’intermédiaire d’un processus de latinisation.[4]

 

 

Le verbe

 

Les infinitifs des verbes du germanique commun présentaient quatre suffixes différents : -jan, -an, -on et -en. Il n'est pas avéré que les verbes en -en aient eu une descendance en français. Les trois autres groupes sont, en revanche, bien représentés en ancien français. Le verbe germanique conservait son radical, tandis que sa marque d'infinitif disparaissait au profit d'un suffixe d'origine latine, selon un processus assez rigoureux :

 

  • les verbes germaniques à suffixe -an ou -on furent incorporés dans ce qui devint le premier groupe de conjugaison :

 

          *markon « marquer, imprimer un pas » > marchiermarcher

          *lekkon > lechier > lécher

          *duban « frapper » > adober > adouber

 

  • les verbes à suffixe infinitif -jan rejoignirent en majorité le deuxième groupe de conjugaison :

 

          *bannjan « proclamer, convoquer des troupes » > bannir

 

On recense toutefois quelques exceptions à cette catégorie :

 

          *blattjan > *blettiare > blecier > blesser

          *waidanjan « faire paître le bétail » > gaaigniergagner

 

Nous voyons donc que ces verbes germaniques subirent d'abord une transformation morphologique qui les adapta au système gallo-roman, avant de suivre la même évolution que celle qui affecta les verbes d'origine latine.

 

 

Substantifs et adjectifs

 

Dans un article précédent, nous avons vu la façon dont les mots germaniques commençant par g- furent modifiés lors de leur entrée dans le lexique gallo-roman. Nous nous contenterons ici de noter l'importance des deux phénomènes principaux qui contribuèrent à métamorphoser ces mots :

 

  • la palatalisation[5], qui affecta aussi bien les mots germaniques que les mots d'origine latine ;
  • le passage de l'accent de hauteur à l'accent d'intensité, ce qui contribua, comme pour les mots latins, à la chute de la syllabe finale du mot germanique.

 

Ces remarques s'appliquent évidemment aussi aux verbes. Notons toutefois que plusieurs substantifs ainsi que quelques adjectifs présents aujourd'hui en français standard furent d'abord des mots dialectaux qui s'imposèrent face à leurs équivalents en français d'Ile-de-France ; c'est le cas notamment de louche, forme dialectale normano-picarde de loce ou lousse, ainsi que de falaise, transmis par le même dialecte, ou de hameau, venu par le picard. D'autres mots ont été relayés par d'autres dialectes, lorrains ou alémaniques principalement. On constate ainsi que des dialectes de régions proches de zones germanophones ont servi de véhicule entre l'étymon germanique et l'aboutissement français.

 

 

Mots composés avec éléments latins et germaniques

 

Plusieurs verbes, substantifs ou adjectifs ont été formés sur des radicaux germaniques à l’aide d’affixes latins :

 

effrayer

Latin ex- + germanique *fridu « paix » + latin -are > *exfridare esfreder effrayer

 

émoi

Latin ex- + germanique *magan « pouvoir » + latin -are esmaier « troubler, inquiéter » > esmoi > émoi

 

souhaiter

Germanique *haitan « promettre » > latin populaire *haitare

> Latin sub + *haitare > latin populaire *subtus-haitare « promettre sans trop s'engager » > soushaidier sohaidier (v. 1175), soushaitier (v. 1119), souhaitier (v. 1350), sohaitier souhaiter

 

Parfois, deux substantifs, l'un latin, l'autre germanique, s'unirent pour former un mot français :

 

cormoran

Latin corvus « corbeau » + francique *maringu « marin » > ancien français cormareng, cormareg, cormaran cormoran

 

Néanmoins, la grande majorité des mots étudiés sont des emprunts de mots simples, non des mots composés de deux mots ou d'un mot et d'un morphème grammatical d'origine non germanique.

 

 

Bibliographie

 

  • Allières J. (2e éd. 1988[1982]), La formation de la langue française, Paris, PUF, Que Sais-Je.
  • Banniard M. (1997), Du latin aux langues romanes, Paris, Nathan, collection 128.
  • Brunot F. (1966[1905]), Histoire de la langue française, tome I, Paris, A. Colin.
  • Cerquiglini B. (2e éd. 1993, 1e éd. 1991), La naissance du français, Paris, PUF, Que Sais-Je.
  • Chaurand J. (1977), Introduction à l'histoire du vocabulaire français, Paris, Bordas.
  • Coseriu E. (1964), « Pour une sémantique diachronique structurale », in Travaux de linguistique et de littérature, II, I.
  • Guinet L. (1982), Les emprunts gallo-romans au germanique (du Ier à la fin du Ve siècle), Paris, Klincksieck.
  • Guiraud P. (1965), Les mots étrangers, Paris, PUF, Que Sais-Je.
  • INALF (version numérisée du dictionnaire sur www.atilf.inalf.fr).
  • Mitterand H. (1976, 5e éd.), Les mots français, Paris, PUF, Que Sais-Je.
  • Rey A. (sous la direction de) (1999), Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris, Le Robert.
  • Von Wartburg W. (1967), La fragmentation linguistique de la Romania, Paris, Klincksieck.
  • Zink G. (1987), L'ancien français, Paris, PUF, Que Sais-Je.

 

 

 



[1]  Nous ne prenons en compte que les mots directement issus des langues germaniques : adouber est traité, mais non son dérivé adoubement. Ceci, évidemment, ne s'applique pas dans le cas où un mot et son dérivé sont identifiés comme étant tous les deux des dérivés directs de deux mots d'origine germanique, comme soin et soigner.

 

[2]  Nous étudierons plus loin cette notion de case sémantique ; le lecteur peut se reporter à l'article fondamental de Coseriu cité dans la bibliographie. Notons cependant, d'ores et déjà, l'opinion de Chaurand : « Les apports germaniques font plus qu'ajouter à l'ensemble lexical gallo-roman quelques détails ; ils comblent des vides, et, parfois, mieux adaptés au type de société qui s'était formé, ils supplantent d'autres termes. » [1977:36].

 

[3]  À ce sujet, Brunot écrit : « Il n'y a donc pas eu des emprunts du roman au germanique, mais dans une certaine mesure une véritable pénétration de l'un par l'autre. Elle a pu se faire lentement. Il importe toutefois de retenir qu'elle a été plus profonde et plus générale qu'aucune autre. » [1905:129].

 

[4]  Nous utiliserons le terme germanique pour désigner l'origine de ces mots, verbes, substantifs ou adjectifs, en gardant à l'esprit le fait que plusieurs d'entre eux sont plus particulièrement d'origine germanique. En effet, au regard des nouvelles connaissances apportées par les recherches en phonétique historique, il apparaît aujourd'hui qu'une grande quantité de mots réputés auparavant d'origine francique furent en fait empruntés antérieurement à la conquête franque.

 

[5]  Sur ce thème, nous renvoyons à l'ouvrage de Guinet, qui étudie en détail chaque type de palatalisation survenu à haute époque.


23/10/2021
2 Poster un commentaire