Linguistique française

Les emprunts grammaticaux


Emprunt de formes grammaticales

Dans l'article précédent, nous avons examiné les différents types d'emprunts lexicaux existant en français. Aujourd'hui, nous présentons les emprunts grammaticaux : contrairement à leurs homologues lexicaux qui sont identifiables par tous, les emprunts grammaticaux s'avancent insidieusement dans la langue.

 

Les emprunts grammaticaux sont en effet des structures étrangères qui s'introduisent de façon masquée dans notre langue en dissimulant leur origine derrière des mots français ; ces emprunts, les plus sournois d'entre tous, s'attaquent à la grammaire, fondement même de toute langue.

 

De nos jours, c'est bien sûr l'anglais qui exporte sa syntaxe, principalement par l'intermédiaire de mauvaises traductions et d'adaptations littérales de certains de ses mots et expressions. Nous sommes ici aux confins de l'emprunt et du calque et en avons pour preuve les exemples suivants, entendus à la radio et à la télévision, de véritables transgressions des règles du français :

 

l'actuelle situation

une extrêmement belle maison

 

On sait qu'en français, à quelques exceptions près[1], tous les adjectifs se placent après le nom. User de structures comme celles qui sont rapportées ci-dessus n'est donc pas naturel, et l'on peut alors s'interroger sur la part de snobisme qui entre dans l'utilisation d'une telle syntaxe.

 

Cet exemple n'est pas unique ; d'autres formes calquées sur l'anglais apparaissent ici ou là. Aussi est-il pénible de lire, à l'image de l'ordre anglais, un groupe de mots comme celui-ci :

 

les premières cinq années

 

Cette syntaxe des plus fautives est un calque de l'anglais the first five years ; elle nous choque, mais il se pourrait qu'elle n'étonne plus personne ou presque, dans les décennies à venir, si on ne la combat pas dès aujourd'hui.

 

 


[1] Il s'agit des adjectifs suivants : autre, beau, bon, grand, gros, haut, jeune, joli, mauvais, nouveau, petit, premier, vaste, vieux, vilain. Toutefois, lorsqu'ils sont accompagnés d'un adverbe long, le groupe ainsi formé doit être placé après le nom : une maison extrêmement belle.

On peut également antéposer les adjectifs subjectifs si l'on désire les mettre en valeur, et donc dire une magnifique demeure.

 


25/11/2014
7 Poster un commentaire