Linguistique française

Escagassé, ravan


Il m'a pastissé la bagnole !

- Je ne lui prête plus ma voiture, il me l'a encore ruinée !

- Il te l'a escagassée ?

- Escagassée ?! Non seulement il m'a pastissé tout l'intérieur, mais en plus il m'a relégué un phare ! Vé ma bagnole, un vrai ravan, maintenant !!

 

 

 

Si le lecteur de cet article – un lecteur du Nord, s'entend –, est témoin d'une conversation animée entre Sudistes, conversation dont le sujet principal est une voiture ruinée, qu'il n'imagine pas que les moyens de transport méridionaux ont des activités financières.

 

Dans l'introduction à cette série d'articles, nous avions écrit que les français régionaux possèdent des mots inconnus du français standard mais qu'ils utilisent aussi des mots usuels auxquels ils donnent de nouveaux sens. C'est ce qu'il s'est produit pour ruiné : lorsqu'on dit qu'un objet est ruiné, il ne faut pas conjecturer que l'objet en question n'a plus un sou vaillant, mais tout simplement qu'il est fortement détérioré ; c'est, en quelque sorte, comme s'il avait été dépossédé de son bon état, ce bon état qui faisait sa valeur. La métaphore est hardie. Disons qu'elle est méridionale.

 

Dans le dialogue ci-dessus, le malheureux propriétaire du véhicule endommagé se plaint de ce que l'indélicat à qui il avait prêté sa voiture lui en avait pastissé l'intérieur. "Cela ne se fait pas, en effet", se dira le lecteur peu familier avec le parler du soleil, "on s'arrange pour ne pas renverser une bouteille de pastis dans la voiture d'autrui". C'est amusant, mais ce n'est pas exactement le sens de pastisser, qui signifie "salir". Il s'agit de la forme francisée du verbe provençal pastissa, qui vient du nom également provençal pastis, dont l'un des nombreux sens est celui de "barbouillage". Pastisser quelque chose, c'est donc le souiller, le salir.

 

On comprend donc sans peine que la voiture pastissée est en piteux état. Et, comme ici, il n'y a jamais de pénurie de synonymes, on apprend aussi que le véhicule est relégué. Il serait fâcheux de comprendre que le véhicule a été mis à l'écart, en quelque sorte ôté de la vue, car, dans le Sud-Est, en ces contrées de vigoureuse créativité lexicale, reléguer signifie aussi "abîmer fortement". Si l'on y réfléchit bien, il existe une certaine logique dans ce processus métaphorique : on n'a guère envie d'avoir sous les yeux une chose endommagée ; donc, on la déclare mise d'office à l'écart.

 

 

D'ineffables sonorités provençales

 

Mais ce n'est pas tout ; il se trouve que la voiture accidentée est tout escagassée. Le contexte aide à deviner le sens de ce verbe : escagasser, que l'on se doit de prononcer avec un fort accent tonique sur la deuxième syllabe pour être bien expressif, signifie "démolir, détruire". Il s'agit de la francisation du verbe provençal escagassa, verbe qui a pour sens "écraser, aplatir". Mais le côté savoureux de ce dernier vient de ce qu'il est construit sur le verbe caga, provenant lui-même du latin cacare, et de ce que ces deux verbes signifient "déféquer", enfin, plus trivialement. Ajoutons qu'il existe aussi la forme pronominale s'escagasser qui signifie "se décarcasser, s'efforcer (de faire quelque chose)" et qui vient du provençal s'escagassa, verbe dont les sens sont "s'efforcer" et, plus particulièrement, "s'efforcer de déféquer". La recherche étymologique réserve bien souvent de grandes surprises.

 

Le propriétaire du véhicule pastissé, relégué, escagassé, ruiné, ne peut donc que constater le fait suivant : sa voiture est un vrai ravan, autrement dit quelque chose d'abîmé, de vieux, de peu de valeur, car le nom ravan signifie "rebut". Il s'agit là d'un très vieux mot provençal, qui vient lui aussi du latin. On peut aussi l'utiliser pour désigner quelqu'un, mais ce n'est guère valorisant pour la personne en question, et le mot est faible.

 

Voilà donc un florilège de quelques mots employés sur la Côte d'Azur pour évoquer une chose abîmée. Il en est d'autres, bien sûr, car le lexique méridional est fort riche, et ils feront l'objet d'un article ultérieur.

 

 

 

 


08/11/2013
2 Poster un commentaire