Linguistique française

Courrier électronique

Dans l'article précédent, nous avons vu que courrier désigne un ensemble de plis et que lettre doit être réservé à un écrit unique individualisé. On se demande alors comment il convient de nommer en français ce que les Anglo-Saxons appellent e-mail et qu'il n'est bien sûr pas question de garder sous cette forme car, rappelons-le, les anglicismes doivent être bannis du français. Pour ce faire, la Commission générale de terminologie et de néologie a adopté le nom courriel, mot-valise issu de l'union de courrier et d'électronique. On veillera à ne pas le graphier courriél, car le suffixe -iél n'existe pas en français.

 

Or, peut-on valablement dire Je lui ai envoyé un courriel, sachant qu'un courrier n'est pas, répétons-le, un message unique ? Heureusement, il existe une solution toute simple : utiliser message électronique pour désigner une lettre envoyée par l'intermédiaire d'un ordinateur. Les esprits chagrins et paresseux diront que message électronique est un syntagme long, mais c'est la seule forme, à notre connaissance, qui concilie la double exigence de refus de l'anglicisme et de respect du lexique français.

 

Rappelons que Mél est l'abréviation de Messagerie électronique tout comme Tél est l'abréviation de Téléphone. Il est donc inapproprié de dire ou d'écrire Je lui ai envoyé un Mél (ou mél).

 

La modernité peut parfois poser de redoutables problèmes lexicaux mais, avec un peu de cœur à l'ouvrage, aucune difficulté ne peut résister. À tout le moins, nous l'espérons.

 

 

Cet article est extrait de l'ouvrage suivant :

 

Vocabulaire du français contemporain, avec des exemples effrontés et des commentaires insolents

 

 

livre   V O C A B U L A I R E   -   couverture.jpg

 

 

 

     Nous venons de voir que courrier désigne un ensemble de plis et que lettre doit être réservé à un écrit unique individualisé. On se demande alors comment il convient de nommer en français ce que les Anglo-Saxons appellent e-mail et qu'il n'est bien sûr pas question de garder sous cette forme car, rappelons-le, les anglicismes doivent être bannis du français. Pour ce faire, la Commission générale de terminologie et de néologie a adopté le nom courriel, mot-valise issu de l'union de courrier et d'électronique. On veillera à ne pas le graphier courriél, car le suffixe -iél n'existe pas en français.

     Or, peut-on valablement dire Je lui ai envoyé un courriel, sachant qu'un courrier n'est pas, répétons-le, un message unique ? Heureusement, il existe une solution toute simple : utiliser message électronique pour désigner une lettre envoyée par l'intermédiaire d'un ordinateur. Les esprits chagrins et paresseux diront que message électronique est un syntagme long, mais c'est la seule forme, à notre connaissance, qui concilie la double exigence de refus de l'anglicisme et de respect du lexique français.

     Rappelons que Mél est l'abréviation de Messagerie électronique tout comme Tél est l'abréviation de Téléphone. Il est donc inapproprié de dire ou d'écrire Je lui ai envoyé un Mél (ou mél).

     La modernité peut parfois poser de redoutables problèmes lexicaux mais, avec un peu de cœur à l'ouvrage, aucune difficulté ne peut résister. À tout le moins, nous l'espérons.

 



25/08/2015
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 154 autres membres