Françoise NORE

Gourmand

     Tout un chacun sait combien les Français sont attachés aux plaisirs de la table, mais cet hédonisme alimentaire ne peut justifier que l'on maltraite la langue.

 

     L'adjectif gourmand a plusieurs sens : "qui mange avidement, glouton", "qui apprécie la bonne chère, gourmet" et, par métaphore, "qui affiche sa gourmandise" : la fillette lança un regard gourmand vers les pâtisseries. On aura compris que le référent de gourmand est nécessairement un animé, animal ou humain.

 

     Il est donc hérétique d'utiliser gourmand pour un référent inanimé et avec le sens de "délicieux, appétissant", comme on peut le voir de nos jours sur certaines cartes de restaurants : café gourmand, dessert gourmand, recette gourmande, etc. Objets inanimés, avez-vous donc une âme ? On restera donc raisonnable et l'on parlera plutôt d'un dessert ou d'un plat délicieux, appétissant, d'un café accompagné de mignardises, etc. On ne parlera pas non plus d'un livre gourmand mais d'un livre de cuisine ou d'un livre de recettes. Par chance, le ridicule ne tue pas.

 

 

Cet article est extrait de l'ouvrage suivant :

 

Vocabulaire du français contemporain, avec des exemples effrontés et des commentaires insolents

 

 

livre   V O C A B U L A I R E   -   couverture.jpg

 

 



11/10/2015
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 161 autres membres