Françoise NORE

Françoise NORE

Difficultés du français


Fautes courantes - 06

Expressions incorrectes

Expressions correctes

D'évidence, elle n’a pas compris.

De toute évidence, elle n’a pas compris.

Faire une disgression.

Faire une digression.

Se dire in petto.

Se dire.[1]

Je ne sais pas si il viendra.

Je ne sais pas s’il viendra.[2]

Va donc porter plainte.

Va donc déposer plainte.

Être en charge d’une mission.

Être chargé d’une mission.[3]

Vous pouvez nous joindre sur le 1234.

Vous pouvez nous joindre au 1234.[4]

Tu as le même livre que moi.

Tu as le même livre que le mien.[5]

Pour pas qu’il (ne) soit en retard.

Pour qu’il ne soit pas en retard.[6]

En termes de tourisme.

En matière de tourisme.[7]

Ce travail est conforme avec notre attente.

Ce travail est conforme à notre attente.[8]

Jusqu’à là, tout va bien.

Jusque-là, tout va bien.[9]

Ma caisse, elle m’a coûté un bras.

Ma caisse, elle m’a coûté les yeux de la tête.[10]

Être sur le grill.

Être sur le gril.[11]

Les animaux hibernent dans l’étable.

Les animaux hivernent dans l’étable.[12]

Cette aide va lui bénéficier.

Cette aide va lui profiter.[13]

Rénumérer quelqu’un généreusement.

Rémunérer quelqu’un généreusement.

Voici une lettre à l’intention du directeur.

Voici une lettre à l’attention du directeur.[14]

Ta pizza est ratée ; fais-en une de nouveau.

Ta pizza est ratée ; fais-en une à nouveau.[15]

La situation sociale s’empire.

La situation sociale empire.[16]

Tout cela va mal se finir.

Tout cela va mal finir.[17]

Nos amis ont voyagé de concert.

Nos amis ont voyagé de conserve.[18]

Toutes ces périgrinations l’ont fatigué.

Toutes ces pérégrinations l’ont fatigué.

Léa aussi n’est pas venue.

Léa non plus n’est pas venue.[19]

Le contexte social est déprimant.

La situation sociale est déprimante.[20]

Donne-moi-la, cette voiture.

Donne-la-moi, cette voiture.[21]

Il habite en face l’église.

Il habite en face de l’église.[22]

C’est le livre que j’ai besoin.

C’est le livre dont j’ai besoin.[23]

Léa s’est faite une écharpe bariolée.

Léa s’est fait une écharpe bariolée.[24]

Elle s’est faite pirater son ouvrage par un internaute indélicat.

Elle s’est fait pirater son ouvrage par un internaute indélicat.[25]

Léo est obnibulé par sa recherche.

Léo est obnubilé par sa recherche.[26]

Diffuser son livre tout azimut.

Diffuser son livre tous azimuts.[27]

Il a un vélo antidiluvien.

Il a un vélo antédiluvien.

Travailler ou buller, quel dilemne !

Travailler ou buller, quel dilemme ![28]

Jeter l’opprobe sur quelqu’un.

Jeter l’opprobre sur quelqu’un.[29]

Faire appel d’une décision de justice.

Interjeter appel d’une décision de justice.

Tu as édité ton texte ?

Tu as modifié ton texte ?[30]

Ils l’ont insulté d’idiot.

Ils l’ont traité d’idiot.[31]

Un garçon déguingandé.

Un garçon dégingandé.[32]

Ceci dit, tout va bien.

Cela dit, tout va bien.[33]

La situation est sous contrôle.

La situation est maîtrisée.[34]

 


[1] In petto signifie « à part soi, sans dire un mot ». On évitera donc le pléonasme se dire in petto.

 

 

[2] Si il est une faute contemporaine qui se répand comme la misère sur le pauvre monde. Or, la règle est pourtant simple : si s’élide devant il et ils, et uniquement devant ces pronoms. Ce n’est pas bien difficile à retenir.

 

 

[3] En charge de est un calque de l’anglais in charge of. En français, seule une batterie d’appareil peut être en charge.

 

 

[4] Tic de langage très en vogue chez les animateurs de radio, qui parsèment leurs propos de sur sans vergogne. Au demeurant, ils s’expriment comme beaucoup de nos contemporains, qui travaillent sur Paris, qui lisent quelque chose sur le journal, etc.

 

 

[5] Comme on n’est pas soi-même un livre, on veillera à bien utiliser un pronom possessif dans ce genre de contexte.

 

 

[6] Les locutions conjonctives, comme pour que ou afin que, ne doivent en aucun cas être coupées par quelque autre mot que ce soit.

 

 

[7] L'expression en termes de a pour sens « dans le vocabulaire de » et doit s'employer uniquement pour évoquer le lexique d’un groupe humain particulier : « En termes de linguistique, nom se dit substantif ». Utiliser en termes de à la place de locutions comme en matière de, en ce qui concerne, etc., est un calque de l’anglais in terms of. Naturellement, il est déconseillé de s’exprimer de cette façon.

 

 

[8] En revanche, on doit dire être en conformité avec : ce travail est en conformité avec notre attente. On peut aussi dire être conforme à.

 

 

[9] On doit absolument se garder de faire des attelages de trois prépositions ou adverbes ; jusqu’à là est donc proscrit. De la même façon, on veillera à ne pas dire jusqu’à aujourd’hui mais jusqu’aujourd’hui, vu que aujourd’hui commence par au, formé par la contraction de à et de le.

 

 

[10] L'expression coûter un bras "coûter très cher"a envahi la France vers la fin du XXe siècle. Il s'agit là d'une version accourcie de l'expression anglaise to cost an arm and a leg, de même sens. On se demande pourquoi certains vont chercher leurs expressions sous d’autres cieux, alors que le français ne manque pas de locutions signifiant "coûter très cher", de l'innocent coûter les yeux de la tête jusqu'au trivial coûter la peau des testicules, enfin, presque.

 

 

[11] Le gril est l’ustensile qui permet de faire cuire différents aliments, tandis que le grill est un restaurant qui sert principalement des grillades. Certes, on n’emploie plus guère le nom grill de nos jours, mais ce n’est pas une raison pour confondre les deux mots.

 

 

[12] Hiberner a pour sens « dormir d’un sommeil prolongé pendant plusieurs mois ». Si l’on veut évoquer le fait que les animaux de ferme sont à l’abri dans une étable durant la mauvaise saison, on dira qu’ils y hivernent.

 

 

[13] Une chose ne peut pas bénéficier à quelqu’un, mais lui profiter.

 

 

[14] La locution à l’attention de s’emploie dans le langage administratif pour désigner le destinataire d’un document. L’expression à l’intention de s’utilise pour évoquer une offre, un présent, un geste agréable.

 

 

[15] À nouveau a pour sens « de façon différente », alors que de nouveau signifie « encore une fois et de la même façon ». Si on fait de nouveau une pizza ratée, on va encore gaspiller pâte et ingrédients, ce qui serait dommage.

 

 

[16] Empirer est un verbe strictement intransitif. Il ne peut donc être pronominal. L’erreur qui consiste à dire s’empirer est probablement due à une contamination de s’aggraver.

[17] On peut en revanche dire se terminer.

 

 

[18] De conserve a pour sens « ensemble et de façon identique ». De concert signifie « de façon concertée (mais non forcément identique) ».

 

 

[19] Dans une phrase négative, on doit employer non plus et réserver aussi aux phrases affirmatives.

 

 

[20] Le nom contexte doit être exclusivement employé lorsqu’on parle linguistique : « Dans le contexte d’un roman d’anticipation, le vocabulaire scientifique est omniprésent ». Dans tous les autres cas, on doit utiliser des noms comme environnement ou situation.

 

 

[21] Lorsqu’un verbe à l’impératif est suivi de deux pronoms, le pronom COD suit immédiatement le verbe et le pronom COI termine la séquence : donne-la-moi. Seule exception à cette règle, la présence du pronom en, qui fait que le pronom COI doit suivre immédiatement le verbe : donne-nous-en.

 

 

[22] Faute contemporaine insupportable ; la locution prépositionnelle complète est en face de.

 

 

[23] Autre faute pénible : les compléments introduits par de doivent être repris par dont. Toutefois, on peut employer que si son antécédent est COD d’un autre verbe : c’est le livre que j’ai besoin de t’emprunter.

 

 

[24] Pour accorder correctement le participe passé d’un verbe pronominal, il faut impérativement en identifier le COD ainsi que la place de celui-ci. Dans cette phrase, le COD est une écharpe bariolée, placé après le participe passé. Celui-ci doit donc rester invariable.

 

 

[25] La règle est très simple et tient en huit mots : fait suivi d’un infinitif est toujours invariable.

 

 

[26] Le verbe *obnibuler n’existe pas. Pour se rappeler la forme correcte obnubiler, le lecteur peut penser au nom latin nubes, à l’origine de nue, lequel a donné nuage. *Omnibuler est une création charmante qui évoque quelqu’un qui paresse tout le temps ou un peu partout, mais il n’existe pas non plus.

 

 

[27] Cette expression doit s’employer au pluriel, au sens propre comme au sens figuré.

 

 

[28] Probablement par influence de l’adjectif indemne, la forme dilemne se rencontre assez souvent et est même attestée chez de grands auteurs, comme G. Sand, H. de Balzac et V. Hugo. Toutefois, il faut se garder de l’employer, car elle est fautive.

 

 

[29] Autre barbarisme, la forme opprobe, certainement due à une influence de l’adjectif probe, qui fait partie du même champ notionnel. C’est pourtant opprobre qu’il faut employer.

 

 

[30] Les anglicismes liés au domaine de l’informatique font des ravages en français. Exemple, éditer, qui a pour sens en français « publier », signifie « modifier » dès qu’apparaît un ordinateur ! On recherche le mauvais traducteur qui, le premier, a rendu to edit par éditer, probablement par paresse ou, pis, par ignorance.

 

 

[31] Faute qui n’est plus réservée aux plus jeunes et qui consiste à confondre insulter et traiter de. On s’abstiendra évidemment de dire Il s’est fait traiter pour Il s’est fait insulter.

 

 

[32] Comme on le voit, dégingandé n’a rien en commun avec le pronom provençal dégun « personne ».

 

 

[33] On utilise cela pour évoquer une chose dont on vient de parler et ceci pour introduire une chose dont on va parler.

 

 

[34] Sous contrôle est l’exact calque de l’anglais under control. Comme le français a des expressions qui lui sont propres et qui sont de sens identique, on se détournera de ce under control et l’on emploiera plutôt maîtrisé.


29/07/2019
13 Poster un commentaire

De la graphie - 03

Nous avons vu, dans le premier article de cette série, qu'il convient de se méfier de ce que l'on appelle les familles de mots, la graphie d'un mot n'étant pas toujours identique à celle d'un de ses dérivés ou d'un de ses parents. En outre, des mots de familles différentes mais tout de même proches dans leur forme peuvent aussi présenter des variations graphiques intéressantes. Ce tableau présente ainsi d'autres couples de mots dont il convient de vérifier la graphie :

 

On écrit …

Mais on écrit …

infâme

infamie, infamant

interstice

interstitiel

des jets d'eau

des villes d'eaux

jeûner

déjeuner, à jeun

des jeux de main

des jeux de mots

jus d'orange

confiture d'oranges

des laboratoires de recherche

des laboratoires d'analyses

libre arbitre

libre-échange, libre-service

maître-penseur

maître nageur, maître chanteur

marchand(s) de vin "cabaretier"

marchand(s) de vins "négociant"

Mars

martien

mêler

mélanger

millionième

millionnaire

négligent

exigeant

New York

new-yorkais

des nids d'écureuil

des nids de fourmis

des non-dits

des on-dit

nu-pieds

pieds nus

opossum

oppidum

panneau

panonceau

partie de plaisir

vie de plaisirs

pâtir

compatir

patronner

patronat

pénitencier

pénitentiaire

des points de vue

des échanges de vues

police d'assurance

agent d'assurances

des premiers-nés

des nouveau-nés

presse à sensation

film à sensations

prise(s) de vue (photo)

prise(s) de vues (cinéma)

des prorata

des quotas

prudhommesque

prud’homal

raphia

ratafia

râteau

ratisser

rationnel

rationalité

rebelle

rébellion

relais (sing.)

délai, déblai (sing.)

religieux

irréligieux

salles de spectacle

salles de concerts

sans faute "à coup sûr"

sans fautes "sans erreurs"

sans ressource "sans solution"

sans ressources "sans argent"

siffler

persifler

sonner

dissoner

souffler

boursoufler

souriceau

vermisseau

spacieux

spatial

stylomine

stylo-feutre

substance

substantiel

tic-tac

micmac, zigzag

tout feu tout flamme

être en flammes

traditionnel

traditionalisme

transylvain

transsibérien

Venezuela

vénézuélien

verglas

verglacé


17/05/2018
6 Poster un commentaire

De la graphie - 01

Le fait d'appartenir à une même famille lexicale ainsi qu'une ressemblance formelle ou phonique peuvent induire en erreur : on écrit certes bonhomme, mais c'est bonhomie, avec un seul m, que l'on doit écrire. Parfois, il faut aussi s'assurer de la présence ou non d'un trait d'union. Ce tableau présente quelques-uns de ces couples de mots dont il convient de vérifier la graphie :

 

 

 

On écrit …

Mais on écrit …

affût

raffut

des aide-mémoire

des pense-bêtes

ambiguïté, contiguïté, exiguïté

incongruité

apesanteur

s'appesantir

appeler

interpeller

arôme

aromate

assidu

assidûment

balade "promenade"

ballade "chanson"

banderillero

guérillero

biset "pigeon"

bizet "mouton"

boîte

boiter

bonhomme

bonhomie

bons de commande

carnets de commandes

Bretonne, Gasconne, etc.

Lapone et Lettone[1]

busard

balbuzard

câble

encablure

cadeau, repas ou robe de noce

nuit ou voyage de noces

cahoteux

chaotique

cahute

hutte

cajoler

enjôler

calotte

calotin

cantonnier

cantonal

chariot

charrette

château fort

coffre-fort

chatière

chatterie

cil

dessiller

des coins de rue

des croisements de rues

côlon

coloscopie

combatif

combattant

Comédie-Française

Académie française

comme ci comme ça

couci-couça

cône

conique

côtoyer

coteau

cru

crûment

cuisseau (de veau)

cuissot (de chevreuil)

dégoûter

égoutter

démailloter

emmailloter

dépôt

dépotoir

déshonneur

déshonorer

drôle

drolatique

eau de rose

essence de roses

en épi "en une disposition oblique"

en épis "en forme d'épis"

entrer en transe

être pris de transes

état civil

état-major

États-Unis

Nations unies

être en butte à

de but en blanc

être hors d'affaire

être en affaires

fantôme

fantomatique

Féroé

féroïen

fleurdelisé

vert-de-grisé

football

basket-ball, volley-ball

des francs-maçons

des franc-maçonnes

goitre

cloître

grâce

gracieux

grand-duc "noble"

grand duc "oiseau de proie"

gros œuvre

chef-d'œuvre, hors-d'œuvre, main-d'œuvre[2]

homme

homicide

hors-bord

hors série

icône

iconique

imbécile

imbécillité

 


[1] Ces deux gentilés féminins dérivés de masculins terminés par -on sont les seuls dont la finale ne s'écrit pas -onne.

[2] Les composés avec œuvre ne prennent pas de trait d'union, sauf ces trois noms.


17/04/2018
8 Poster un commentaire

Pléonasmes et redondances

Pléonasmes et expressions redondantes

 

 

 

Les pléonasmes sont généralement identifiés comme tels : que l'on dise monter en haut ou descendre en bas, et l'auditoire se mettra à rire. Mais tous les pléonasmes ne sont pas aussi transparents que ceux-là. La liste ci-dessous présente plusieurs pléonasmes ou expressions redondantes qui, souvent, ne sont pas ressentis comme tels par les locuteurs. On notera que de nombreux pléonasmes répondent à une volonté d'expressivité : en répétant une idée, on insiste particulièrement sur elle. Mais il est bien sûr conseillé de ne pas céder à cette façon de s'exprimer, d'autant plus que le temps qui passe et l'utilisation fréquente de certaines expressions annulent le sentiment du pléonasme : ces tournures sont donc employées sans que l'on se rende compte qu'elles sont fautives.

 

Voici une liste non exhaustive des pléonasmes les plus couramment lus et entendus, notamment dans les médias qui ne reculent devant rien pour donner dans l'emphase. Certaines de ces expressions sont assorties de commentaires propres à apporter quelques lumières, espérons-nous.

 

 

à partir de dorénavant

abolir complètement

accalmie passagère

achever complètement

ainsi par conséquent ou ainsi par exemple

ajourner à plus tard

ajouter en plus

allumer la lumière

anéantir complètement

antidote contre

apanage exclusif

aperçu partiel

apparence extérieure [1]

applaudir des deux mains [2]

approcher près de (s'~)

arrêt complet

assez satisfaisant [3]

au fur et à mesure [4]

au grand maximum

au jour d'aujourd'hui [5]

autrement plus ou autrement mieux [6]

avérer vrai (s'~) [7]

avertir par avance

bel avenir devant soi (avoir un ~)

bénévole volontaire

bip sonore [8]

bonne aubaine [9]

but final ou ultime

cabriolet décapotable [10]

campus universitaire

car en effet

carcasse décharnée [11]

clair et net

cohabiter ensemble

collaborer ensemble

comme par exemple

commencer d'abord

comparer ensemble

complémentaires l'un de l'autre

complètement (ou parfaitement) compatible avec [12]

compliment élogieux

congère de neige

consensus commun

consigne stricte

constellé d'étoiles [13]

contraint malgré soi

coopérer ensemble

cotiser à plusieurs (se ~)

court de tennis [14]

danger potentiel

débat participatif [15]

défiler successivement ou à la suite

défrayer de ses frais [16]

dépenses onéreuses

dépenses somptuaires

descendre en bas

détruire entièrement

différer à une date ultérieure

double alternative [17]

divulguer sur la place publique

don inné

donc par conséquent

dune de sable [18]

durer longtemps

édile municipal [19]

égalité parfaite [20]

emmener avec soi

enfin pour conclure (ou finir, ou terminer)

entraider mutuellement (s'~)

entrecôte à l'os

entretuer entre eux (s')

erreur involontaire (hors contexte informatique)

esclaffer de rire (s'~)

et puis après

étape intermédiaire

étapes successives [21]

exporter à l'étranger

exterminer jusqu'au dernier

fausse perruque

faux prétexte

fétu de paille [22]

forum de discussion

fournir une prestation

futur projet

gagner une victoire [23]

geler de froid

gîte et le couvert (le ~) [24]

goulot ou goulet d'étranglement

grand géant [25]

grand maximum

hasard imprévu

hémorragie sanguine

héros principal [26]

heure de temps (une ~) [27]

il y a vingt ans en arrière

illusion trompeuse

imiter un exemple

importer de l'étranger

inauguration officielle

inaugurer l'ouverture d'un salon [28]

index alphabétique

instances décisionnelles

intermédiaire interposé (par ~)

joyeux ou gai luron

krach boursier

le moindre petit détail ou défaut

logorrhée verbale

magret de canard [29]

mais cependant, mais pourtant ou mais toutefois

mal fagoté

manifestement évident

marche à pied [30]

méandres sinueux

milieu ambiant

mirage trompeur

missile téléguidé

monopole exclusif

monter en haut

mutisme total

nager dans l'eau

nimber d'une auréole

notoirement connu [31]

obérer de dettes

objectif final

opinion personnelle

opportunité à saisir

opposer son veto [32]

orthographe correcte [33]

oubli involontaire

paire de jumelles

pampre de vigne

panacée universelle

parvis d'une église (ou d'un temple)

payer sa part d'écot [34]

perspectives d'avenir

petit nain

petit peu (un ~)

piétiner sur place

pignon de pin

pléonasme redondant

pondre un œuf [35]

pouvoir peut-être

précédents dans le passé (des)

prédire par avance

première initiative

préparer par avance

prétexte fallacieux

preuve probante

prévoir par avance

pronostiquer par avance

projet d'avenir ou futur

protagoniste principal

proviseur de lycée

puis ensuite

rafale de vent

recru de fatigue

reculer en arrière

rééchelonner dans le temps

relayer tour à tour ou successivement (se ~)

rencogner dans un coin (se ~)

renouveler ultérieurement

rentrer à l'intérieur

renverser en arrière (se ~)

répéter la même chose

reporter à plus tard

repousser à une date ultérieure

réserver d'avance

résumé bref ou succinct

réunir ensemble (se ~)

revolver à barillet [36]

risque potentiel

sarment de vigne

saupoudrer de sel [37]

secousse sismique [38]

solidaires les uns des autres

sortir dehors

statu quo actuel

succéder l'un à l'autre (se ~) [39]

suffire simplement

suivre derrière

surprendre à l'improviste

tâcher de faire en sorte que [40]

taux d'alcoolémie [41]

topographie des lieux [42]

tragédie en vers

trèfle à trois feuilles

très bientôt [43]

tri sélectif [44]

truchement d'un interprète

unanimité générale

victime innocente [45]

vieilles hardes

vivre sa vie

voler dans l'air

 


[1] Pour avoir une apparence intérieure, s'adresser par exemple à un radiologue.

[2] Pléonasme vexant pour les manchots.

[3] Satisfaire et tous les mots de cette famille sont issus de l'adjectif latin satis qui signifie "suffisant". D'où la redondance avec assez.

[4] Fur est un nom d'ancien français qui signifiait "mesure" et "proportion". Son sens s'étant perdu avec le temps, on l'a renforcé avec mesure. Mais l'expression au fur et à mesure est redondante. On dira donc, selon le cas, proportionnellement ou simultanément.

[5] En ancien français, l'élément hui avait pour sens "ce jour", donc "aujourd'hui". On comprend donc qu'aujourd'hui est déjà un pléonasme. De ce fait, dire au jour d'aujourd'hui fait trois jours, ce qui est beaucoup trop. Proposons donc : de nos jours, actuellement, etc.

[6] Dans des phrases comparatives, autrement signifie "bien plus" : Cet article est autrement intéressant que ce qu'on lit d'habitude sur l'internet. Il est donc superflu d'ajouter plus ou mieux. Notons toutefois que cette utilisation d'autrement avec le sens de "bien plus" est critiquée par l'Académie. On s'exprimera donc différemment si l'on tient à rester ami avec les Immortels.

[7] Avérer contient vrai.

[8] Un bip est un signal sonore. Outre le fait que bip sonore est un pléonasme, on notera qu'il s'agit là d'un anglicisme. Préférons donc le signal sonore qui alerte tout aussi bien et qui est français.

[9] Une aubaine est déjà une occasion favorable.

[10] Un cabriolet est toujours décapotable.

[11] Ah, les fameuses carcasses décharnées des romans à deux sous et de certaines chroniques judiciaires …

[12] Une chose ne peut pas être partiellement compatible avec une autre ; soit elle l'est complètement, soit elle ne l'est pas.

[13] Constellé est formé sur le latin stella qui signifie "étoile".

[14] Un court est un terrain de sport exclusivement consacré au tennis. La précision est donc inutile. Bien sûr, il peut y avoir ambiguïté avec cour ou cours mais, généralement, le contexte suffit à éclaircir la confusion éventuelle.

[15] Un débat est forcément participatif, puisqu'on débat. Sinon, cela s'appelle un discours de dictateur.

[16] Dans défrayer, il y a frais.

[17] Une alternative est un choix entre deux possibilités. Parler de double alternative revient donc à évoquer quatre possibilités. C'est en anglais qu'alternative signifie "choix unique".

[18] Ah, les fameuses dunes de sable du Pilat …

[19] Édile signifiant "conseiller municipal" se suffit à lui-même.

[20] Pléonasme adoré des commentateurs sportifs. Demandons-leur ce que serait une égalité imparfaite et attendons les réponses.

[21] Une étape est toujours intermédiaire entre deux autres étapes, et deux ou plusieurs étapes se succèdent forcément.

[22] Un bon fétu est toujours de paille. Dans le cas contraire, ce serait une contrefaçon.

[23] On gagne un prix, une récompense, etc., et on remporte une victoire. Et en effet : s'il y a victoire, c'est que l'on a gagné.

[24] Dans cette expression, il ne faut pas comprendre couvert avec le sens de "vaisselle" mais avec celui de "toit". Le gîte et le couvert désignent donc deux abris, ce qui fait beaucoup. La locution correcte est le vivre et le couvert.

[25] Ami du petit nain dénoncé plus loin.

[26] Le héros est toujours le personnage principal d'une œuvre.

[27] Même Einstein n'aurait su répondre à la question : de quoi d'autre que de temps une heure peut-elle être faite ?

[28] On se contentera d'inaugurer le salon, et non pas sa cérémonie d'ouverture.

[29] Les manipulations génétiques créeront peut-être un jour des magrets de bœuf, ou de porc, ou de chevreuil, sait-on jamais.

[30] Pléonasme détesté des culs-de-jatte.

[31] Rappelons, si besoin est, que notoire a pour sens "connu d'un grand nombre de personnes".

[32] Veto a pour sens en latin "je m'oppose". Dont acte.

[33] Orthos signifie "bon, correct".

[34] Écot n'a pas pour sens "frais, dépense" mais "part".

[35] Les poules n'ont aucune imagination, elles savent pondre uniquement des œufs.

[36] Tout bon revolver est à barillet. Sinon, il s'agit d'un pistolet à eau.

[37] L'élément sau- de saupoudrer est une forme ancienne de sel.

[38] L'adjectif sismique signifie "qui secoue".

[39] Se succéder à soi-même n'est pas un pléonasme mais une plaisanterie vu que, normalement, il faut deux personnes distinctes pour qu'il y ait succession.

[40] Non seulement c'est lourd mais, de plus, c'est affreusement pléonastique car tâcher signifie "faire en sorte". On dira plus simplement et plus correctement tâcher de.

[41] Alcoolémie signifie "taux d'alcool dans le sang". Pour avoir donc un taux d'alcoolémie, il faut s'être jeté un certain nombre de verres derrière la cravate.

[42] Topos a pour sens "lieu".

[43] Pléonasme à la mode, notamment dans la correspondance. Peut-être pour assurer à autrui qu'on ne l'oubliera pas ?

[44] Quand on fait un tri, on opère une sélection.

[45] Mais que fait la justice contre les victimes coupables ?

 

 

Cet article est extrait de l'ouvrage suivant :

 

 

Vocabulaire du français contemporain, avec des exemples effrontés et des commentaires insolents

 

 

livre   V O C A B U L A I R E   -   couverture - 2.jpg

 

 


13/09/2016
4 Poster un commentaire

Quelques fautes courantes - 05

Expressions incorrectes

Expressions correctes

Entre parenthèses, je souhaiterais signaler quelque chose.[1]

Par parenthèse, je souhaiterais signaler quelque chose.

La partition de Berlin eut lieu après la guerre.[2]

Le partage de Berlin eut lieu après la guerre.

La police a perquisitionné son domicile.

La police a perquisitionné à son domicile.

Tu le sais mieux que quiconque.[3]

Tu le sais mieux que personne.

Au pire-aller, il faudrait faire ainsi.

Au pis-aller, il faudrait faire ainsi.

Le petit a su lire précocément.[4]

Le petit a su lire précocement.

Ces licenciements présagent d'une hausse du chômage.[5]

Ces licenciements présagent une hausse du chômage.

Le changement s'est fait au grand dam de mon collègue.[6]

Le changement s'est fait au grand mécontentement de mon collègue.

L'avion décolla du tarmac en douceur.[7]

L'avion décolla de la piste en douceur.

Sa gentillesse prime sur son ignorance.

Sa gentillesse prime son ignorance.

Vous avez déjà programmé vos vacances ?[8]

Vous avez déjà organisé vos vacances ?

Cet auteur est vraiment prolixe.[9]

Cet auteur est vraiment prolifique.

Un tel truc, il ne s'en relèvera pas.[10]

Un tel truc, il n'en relèvera pas.

Ce crime est répréhensible.[11]

Ce crime est punissable.

Il a exprimé des réticences.[12]

Il a exprimé des réserves.

Cette nouvelle l'a stupéfaite.[13]

Cette nouvelle l'a stupéfiée.

Suite à votre lettre …[14]

En réponse à votre lettre …

Ce qu'il a fait vis-à-vis de toi, ce n'était pas bien.[15]

Ce qu'il a fait à ton égard, ce n'était pas bien.

Lorsque le chanteur monta sur scène, l'euphorie fut à son comble.[16]

Lorsque le chanteur monta sur scène, l'excitation fut à son comble.

Nous allons finaliser ce rapport ![17]

Nous allons terminer ce rapport !

Cet enfant a été victime d'actes de maltraitance.[18]

Cet enfant a été victime de mauvais traitements.

Cet été, on va se dorer la pilule sur la Côte d'Azur ![19]

Cet été, on va bronzer sur la Côte d'Azur !

Après ce drame, elle a dû se reconstruire.[20]

Après ce drame, elle a dû récupérer.

Il faudrait rencontrer les instances représentatives du personnel.[21]

Il faudrait rencontrer le(s) syndicat(s).

Nous avons été prévenus en amont de l'annonce publique de la décision.[22]

Nous avons été prévenus avant l'annonce publique de la décision.

Léo n'a pas disconvenu de ce fait.[23]

Léo n'est pas disconvenu de ce fait.

Je trouve que la situation s'empire.

Je trouve que la situation empire / s'aggrave / se dégrade.

Il est vraiment en dessous de tout. [24]

Il est vraiment au-dessous de tout.

Quelle ambiance glauque, ici.[25]

Quelle ambiance malsaine, ici.

Cette épreuve est autrement plus pénible que les précédentes.[26]

Cette épreuve est autrement pénible que les précédentes.

La population a été décimée, tous les habitants sont morts.[27]

La population a été exterminée.

Madame Bovary est l'héroïne du roman éponyme de Flaubert. [28]

Madame Bovary est l'héroïne éponyme du roman de Flaubert.

Nous allons réaliser des travaux.[29]

Nous allons faire des travaux.

L'accusé clame son innocence.[30]

L'accusé proteste de son innocence à grands cris.

Cette pièce nécessite un bon coup de balai ! [31]

L'état de cette pièce nécessite un bon coup de balai !

C'est une avancée technique décisive.[32]

C'est un progrès technique décisif.

On dansera dans le cadre des festivités annuelles.[33]

On dansera à l'occasion des festivités annuelles.

Les otages ont été exécutés.[34]

Les otages ont été assassinés.

Laissez un message après le bip sonore.[35]

Laissez un message après le signal sonore.

Je réponds enfin à vos nombreux courriers.[36]

Je réponds enfin à vos nombreuses lettres.

De quelle pathologie souffre-t-elle ?[37]

De quelle maladie souffre-t-elle ?

Il n'est pas malin, loin s'en faut.[38]

Il n'est pas malin, loin de là / tant s'en faut.

Au dessert : café gourmand.[39]

Au dessert : café et mignardises.

Il s'est cantonné à des emplois subalternes. [40]

Il s'est cantonné dans des emplois subalternes.

Le professeur a demandé des sanctions à l'encontre des élèves perturbateurs.[41]

Le professeur a demandé des sanctions contre les élèves perturbateurs.

J'ai dû me coltiner avec ce rapport pendant toute la journée.[42]

J'ai dû me colleter avec ce rapport pendant toute la journée.

Il faut se prémunir des comportements dangereux de certains jeunes.[43]

Il faut se prémunir contre les comportements dangereux de certains jeunes.

Jo est expert près de la cour d'assises.[44]

Jo est expert près la cour d'assises.

Il y est arrivé en une seule reprise.[45]

Il y est arrivé en une seule fois.

Léa s'est permise d'entrer dans la salle.[46]

Léa s'est permis d'entrer dans la salle

Léo a enjoint Max d'être à l'heure.

Léo a enjoint à Max d'être à l'heure.

Le brigand appuya sur la gâchette.[47]

Le brigand appuya sur la détente.

Le ciel était constellé d'étoiles.[48]

Le ciel était empli d'étoiles.

Il entra et s'assit dans le canapé.[49]

Il entra et s'assit sur le canapé.

On va créer une ligne domestique entre Romorantin et Le Creusot.[50]

On va créer une ligne intérieure entre Romorantin et Le Creusot.

 


[1] L'expression entre parenthèses doit être réservée pour les indications typographiques (j'ai mis ce paragraphe entre parenthèses). Lorsqu'on veut indiquer que l'on fait un aparté, l'expression correcte est par parenthèse (au singulier).

[2] Partition au sens de "division d'un territoire" est un anglicisme.

[3] Même si certains, dont Grevisse, acceptent qu'on utilise quiconque avec le sens de "quelqu'un", "qui que ce soit", "personne", cette formulation est tout à fait incorrecte : quiconque est et reste un pronom relatif.

[4] Pas de chance : *précocément n'existe pas. C'est précocement qui est correct.

[5] Présager est transitif. Dont acte.

[6] Nombreux sont ceux qui croient que l'expression au grand dam (de) signifie au grand mécontentement (de). Il n'en est rien : le dam en question (prononcer comme dans et non comme dame) est un détriment.

[7] Le tarmac est en quelque sorte le parking des avions. On le confond trop souvent avec la piste, là où l'avion décolle ou atterrit.

[8] Programmer signifie "inclure dans un programme" et "assigner un programme à un appareil". L'utiliser dans le sens "organiser, arranger" est familier et relève de ce parler voulu chic qui introduit des mots scientifiques ou techniques dans le langage courant au mépris de la vraie signification de ces mots.

[9] Prolixe signifie "bavard, trop bavard". Ce n'est donc pas un compliment. Si l'on veut souligner la grande production d'un auteur, on dira qu'il est prolifique.

[10] Se relever signifie "se lever de nouveau". Lorsqu'on veut exprimer l'idée de "récupérer après un souci, un tracas, etc.", il convient d'utiliser l'expression relever de quelque chose (d'une maladie, par exemple).

[11] Répréhensible signifie "digne de blâme". Il s'agit donc d'une condamnation morale et non d'une condamnation judiciaire. Pour celle-ci, c'est l'adjectif punissable qui convient.

[12] La réticence est l' "omission volontaire de ce qui pourrait ou qui devrait être dit" (définition TLFI). On l'utilise à tort avec le sens de "réserve", "propos indiquant que l'on retient sa pensée".

[13] Bien que stupéfait soit le participe passé du verbe rare stupéfaire, c'est la forme stupéfié qui est utilisée en position de participe passé. Stupéfait doit être utilisé seulement en position d'adjectif (nous sommes stupéfaits).

[14] Cette tournure elliptique et typique de la correspondance commerciale est laide, non ? Elle sent la désinvolture à plein nez. Il est donc plus élégant de dire, par exemple, en réponse à (votre lettre, votre demande, etc.).

[15] Vis-à-vis de doit s'employer dans un contexte géographique : le bureau de poste se trouve vis-à-vis de la mairie.

[16] L'euphorie est un état de satisfaction sereine, tranquille. Rien à voir avec l'agitation provoquée par une excitation. Encore un cas de confusion de sens.

[17] Cet anglicisme est tellement laid que notre commentaire n'ira pas plus loin.

[18] Selon le Wiktionnaire, il s'agit du "fait de négliger ou d’infliger de mauvais traitements à une personne vulnérable ou à un animal qu’on a sous son autorité ou sous sa garde". Certes. Mais ce néologisme est terriblement mal fait car il suggère qu'un nom ou un adjectif maltraitant aurait servi de base de dérivation (sur le modèle malfaisant > malfaisance, malveillant > malveillance, etc.), ce qui n'est pas le cas. Remarquons qu'il existe le nom anglais maltreatment. Fiat lux.

[19] *Se dorer la pilule au sens de "se faire bronzer" ou "se la couler douce " n'existe pas. Il s'agit d'un croisement fautif entre dorer la pilule à quelqu'un "présenter quelque chose de désagréable à quelqu'un à l'aide de propos flatteurs" et se dorer au soleil "bronzer". Dire ils se sont doré la pilule signifierait "ils se sont flattés les uns les autres" mais non "ils se sont fait bronzer". D'ailleurs, on imagine mal en quoi consisterait la pilule que l'on exposerait au soleil afin de prendre des couleurs …

[20] Récupérer ou se remettre de quelque chose ont dû sembler bien fades à ceux qui ont lancé ce maçonnesque se reconstruire (maçonnesque est un néologisme bien construit, nous l'affirmons). Donc, de nos jours, un traumatisme implique de se reconstruire. La métaphore est visible : quelque chose a détruit quelqu'un. Mais quand même. Ce n'est pas une raison pour utiliser ce vilain se reconstruire.

[21] Pour paraphraser le nom de Mafia, on ne doit donc plus dire le syndicat du crime mais les instances représentatives du personnel du crime.

[22] De nouveau, le vocabulaire géographique est attaqué par le snobisme du parler chic. On gardera donc en amont pour parler de l'environnement d'un cours d'eau ou d'une localisation par rapport à celui-ci. Et ce sera bien mieux.

[23] Quand disconvenir signifie "ne pas convenir de, être en désaccord avec", il se conjugue avec être, tout comme convenir "se mettre d'accord sur" (nous sommes convenus de nous rencontrer la semaine prochaine).

[24] En dessous signifie "dans la partie inférieure de quelque chose" et au-dessous "plus bas" (par rapport à soi ou à un objet de référence). En dessous de tout voudrait dire que tout est un objet, comme on dirait en dessous de ces vieux arbres se trouve une jolie clairière. Au-dessous de tout signifie donc bien "plus bas que tout".

[25] Glauque est, à l'origine, un adjectif de couleur dont le sens est "d'un vert blanchâtre ou bleuâtre comme l'eau de mer" (définition du TLFI). On ne sait pourquoi (peut-être en raison de ses sonorités disgracieuses, il faut bien le reconnaître), glauque en vint à signifier "malsain". C'est la vie.

[26] Employé dans des comparaisons, autrement signifie "beaucoup plus, nettement plus". C'est pourquoi il est pléonastique de dire autrement plus.

[27] Selon l'Académie, décimer ne doit pas être employé au sens d'exterminer car, étymologiquement, décimer signifie "mettre à mort un soldat ou une personne sur dix, tiré au sort, comme punition" (définition du TLFI).

[28] Éponyme signifie "qui donne son nom à". C'est en effet un personnage qui donne son nom à une œuvre (roman, film, etc.) et non le contraire. En outre, l'Académie conseille de réserver éponyme aux humains, réels ou fictionnels. Ajoutons que, comme bien souvent, la confusion nous vient d'outre-Manche : eponymous qualifie aussi bien la personne qui donne son nom que la chose nommée. En français, on a éponyme pour le premier cas et homonyme pour le second. Donc, pas d'anglicisme sémantique ; le français est une langue précise qui n'a nul besoin de ces vagueries anglo-saxonnes (autre néologisme personnel de l'auteur).

[29] Réaliser signifie "rendre réel" : J'aimerais bien réaliser mes rêves. Il ne signifie en aucun cas "faire".

[30] L'Académie définit ainsi clamer : "manifester son opinion par des termes violents, par des cris". L'innocence n'étant pas une opinion, on ne peut donc la clamer.

[31] Nécessiter ne signifie pas "avoir besoin de" mais "rendre nécessaire" ; son sujet ne peut donc être une personne ou une chose concrète, mais une abstraction, un concept, etc.

[32] Selon l'Académie, avancée désigne une chose formant saillie. Il s'agit donc d'un terme d'architecture. Mais certains confondent l'action (l'avancement) et le résultat (l'avancée).

[33] Dans le cadre de doit être employé au seul sens de "dans les limites de" : La police agit dans le cadre de la loi. Utiliser cette expression à la place de locutions prépositives comme à l'occasion de, lors de, etc., est abusif.

[34] Avec un COD représentant un humain, exécuter signifie "mettre à mort une personne par décision de justice". Un otage de terroristes n'est donc pas exécuté, comme on l'entend ou le lit parfois, mais assassiné. C'est ce que précise l'Académie : «C'est par une extension abusive qu'on emploie ce terme [exécuter] dans le sens de "mettre à mort en dehors de toute procédure légale"».

[35] Non seulement bip est un anglicisme, mais de plus il est toujours sonore : bip sonore est donc un pléonasme. On va donc plutôt dire signal sonore : c'est français et, en outre, ce n'est pas pléonastique. En effet : un signal peut être lumineux, visuel, etc.

[36] Courrier est un nom collectif singulier qui signifie "ensemble de lettres". On reçoit donc des lettres, des plis, des missives, des factures, etc., mais non *des courriers.

[37] La pathologie est la science qui étudie les maladies. Il est donc fautif de dire pathologie pour maladie, comme on entend météo pour temps. Encore un exemple où l'on confond la science et l'objet étudié par celle-ci.

[38] Encore un mélange de deux expressions (voir plus haut le fameux se dorer la pilule). Trop de mélange tue le mélange.

[39] Une merveille de dérapage sémantique : ce ne sont plus les humains qui sont gourmands, mais ce qu'ils ingurgitent. Bien sûr, on comprend le message sous-entendu : les plats en question sont savoureux, on veut bien le croire. Mais cela peut-il justifier une telle hérésie ?

[40] Cette utilisation de à après se cantonner est probablement due à l'influence de se borner à. En dépit de l'hésitation de quelques lexicographes dans le choix de la préposition, on suggère de dire se cantonner dans qui est le choix, entre autres, de l'Académie et du Robert.

[41] L'expression à l'encontre de signifie "en opposition à". Il est abusif de l'utiliser avec le sens de contre. Oui, mais comme on subit la mode des expression et mots longs, à l'encontre de a tout pour séduire ceux qui veulent paraître plus intelligents que les autres en truffant leurs propos de mots à rallonge.

[42] Confusion de mots proches ; un cas de paronymie simple mais fréquent.

[43] Probablement une contamination de se munir de. Se prémunir se construit bien avec contre.

[44] Il ne faut jamais se tenir trop loin d'une cour d'assises, on ne sait ce qu'il peut arriver … Parenthèse plaisante refermée, l'expression correcte est près la cour d'assises, tournure ancienne s'il en est, mais exacte.

[45] Le nom reprise suggère qu'il y a déjà eu un premier fait, un premier essai, etc. Première reprise est donc un non-sens.

[46] On lira ou relira avec profit les articles consacrés à l'accord des participes passés dans ce site (l’accord du PP avec avoir, l’accord du PP avec êtrel’accord du PP des verbes pronominaux et son corollaire liste des verbes essentiellement pronominauxl’accord du PP sans auxiliaire et quelques cas particuliers d’utilisation des PP). Ici, le COD est d'entrer dans la salle. Donc, permis reste invariable.

[47] La gâchette est une pièce appartenant au mécanisme interne d'une arme. Il est donc impossible d'appuyer dessus, à moins de démonter le revolver, ce que l'on fait rarement dans le feu de l'action. On se contentera donc, si l'on peut dire, d'appuyer sur la pièce externe qu'est la détente.

[48] Consteller est dérivé de constellation, du latin constellatio, dans lequel on reconnaît con "avec" et stella "étoile". On évitera donc le pléonasme constellé d'étoiles. Bien sûr, si l'on apporte des précisions au nom étoiles, consteller n'est pas fautif : le ciel était constellé d'étoiles de toutes tailles.

[49] On s'assoit sur tout ce qu'on veut. Le seul siège dans lequel on s'assoit est un fauteuil.

[50] Encore un affreux anglicisme (domestic line). Et pardon pour le pléonasme affreux anglicisme ; personne n'est parfait …


29/04/2015
2 Poster un commentaire